Médias/Télé

Dès le 31 un août, RTL fixera à 17h20 un nouveau rendez-vous quotidien aux téléspectateurs. "De quoi je me mêle". 100 % belge, La nouvelle émission présentée par le transfuge de la RTBF, Michaël Miraglia, a pour but annoncé de produire un contenu "pour et avec les gens".

Le nouveau programme, qui alliera séquences en plateau et reportages, aura un fort accent interactif. Les téléspectateurs seront amenés à réagir tant par le biais des réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram et YouTube) que lorsque l’émission viendra à leur rencontre.

L’équipe sera, outre Michaël Miraglia, composée de 5 chroniqueurs : Sophie Pendeville présentera les sujets consommation, Emanuelle Praet s’intéressera à l’actualité qui touche les spectateurs au quotidien, Thibaut Roland ira à la rencontre des gens afin de discuter de ce qui les interpelle, Alexandra Hubin, la psychologue apportera son expertise et Renaud Duquesne, l’avocat, se penchera sur les problèmes d’ordre juridique.

Une comparaison inévitable

Une émission parlant de consommation et du quotidien des gens, malgré les différences qui existent entre les deux programmes, il est évident que le nouveau rendez-vous de la chaîne privée sera forcément comparé à "On n’est pas des pigeons", l’émission conso de la RTBF. Stéphane Rosenblatt, directeur des programmes et de l’information, se défend cependant de tout plagiat : "Il n’y aurait aucun intérêt à refaire quelque chose qui existe déjà.De quoi je me mêle apporte son lot de contenu original." Certaines séquences apportent, en effet, leurs lots de nouveautés, une chronique proposera par exemple à un téléspectateur de vivre, durant une journée, un quotidien qui le sort de sa zone de confort, une autre invitera les télespectateurs à aider une famille en difficulté en faisant appel à leur solidarité.

Reste qu’une nouvelle émission en access prime time représente un sacré enjeux stratégique pour RTL. D’une part par l’investissement financier important que cela représente mais également dans le cadre de la concurrence qui l’oppose à la chaîne publique. Même si "De quoi je me mêle" et "On n’est pas des pigeons" ne se situent pas exactement dans le même créneau horaire, il est peu probable que les spectateurs enchaînent deux émissions de ce type à la suite. Pour peu que l’émission de RTL trouve son public, c’est le programme de la RTBF qui risquera de voir ses audiences s’éroder.