Michaël Roskam travaille pour HBO

Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

Le rêve américain de Michaël R. Roskam se poursuit. Remarqué par la critique américaine qui a classé le réalisateur de "Rundskop" parmi les dix meilleurs espoirs de l’année 2012, avant la nomination du film à l’Oscar du meilleur film étranger, le nom du Flamand est associé à celui de Michael Mann (réalisateur de "Heat" ou "Collateral", entre autres, et créateur jadis de la série culte "Miami Vice") pour le développement d’une nouvelle série produite par "Home Box Office" (HBO). La chaîne à péage a révolutionné la production audiovisuelle ces 20 dernières années avec des séries comme "The Wire", "Six Feet Under" ou "Boardwalk Empire". Michaël R. Roskam va écrire (et pourrait réaliser) l’épisode pilote de "Buda Bridge Bitch" (littéralement : "La pute du pont de Buda"). Cette série, dont il est également le créateur, aura pour décor le pont de Buda à Bruxelles, où l’on découvre au début de l’intrigue le corps d’une femme.

Le réalisateur a déclaré ne pas vouloir réagir à cette annonce : "J’aimerais maintenant pouvoir me consacrer en toute sérénité à l’écriture". En janvier, peu avant la cérémonie des Oscars, il nous avait fait part de son désir de travailler aux Etats-Unis. "Je n’aurais pas de problème à accepter d’y réaliser un film. Parce qu’il y a là-bas la plus grande concentration de talents. Ici, en Europe, on en a aussi. Mais là-bas, c’est le carrefour mondial. Il y a une part de ce cinéma qui me fait rêver. Si j’ai l’opportunité de faire un beau film, j’accepterai. Mais je n’irai pas y travailler pour le plaisir de dire que j’ai tourné un film aux Etats-Unis. Je veux pouvoir conserver ma voix, avoir le contrôle artistique. Si je sens que ce n’est pas possible, alors c’est non."

Michaël R. Roskam nous avait alors précisé avoir rencontré des producteurs et des scénaristes durant sa tournée de promotion de "Rundskop", en vue des Oscars. "Certains sont connus, importants. Mais je ne dirai pas de noms, précisait-il alors. J’ai été franc. Le but de ces rencontres, pour eux comme pour moi, c’est d’apprendre à se connaître. Savoir si on peut travailler ensemble, qui se cache derrière la figure médiatique. J’ai dit clairement ce que j’accepterais ou pas. Certains disent : "OK, c’est exactement ça qu’on aime". D’autres, on sent tout de suite qu’ils cherchent autre chose. Il faut être clair dès le départ. Le plus important, c’est de rester soi-même." "La porte s’est ouverte, je passe la tête, mais je n’ai pas encore retiré mon manteau", concluait-il en riant. De même, Michaël R. Roskam évoquait déjà clairement un projet de polar, tourné à Bruxelles, sa ville adoptive depuis 15 ans. Manifestement, le courant est bien passé avec Michael Mann et son associé Mark Johnson, qu’il a rencontrés lors de la cérémonie des Oscars cette année. Et Michaël R. Roskam a pu reconvertir son idée de polar dans le contexte neuf pour lui - mais très prometteur - d’une série télévisée.

L’annonce est une belle réussite pour le Fonds audiovisuel flamand (VAF), qui soutient Roskam depuis ses débuts. Cette production présentera une nouvelle vitrine de la Flandre et de Bruxelles à l’étranger. Matthias Schoenaerts, acteur principal de "Rundskop", sera, lui, bientôt vu outre-Atlantique dans le remake américain de "The Loft".

A. Lo. (avec Belga)

Publicité clickBoxBanner