Médias/Télé Entretien

Dans la programmation de RTL, émergent quelques fictions françaises et belges au milieu de longues plages de programmes made in USA. Curieux, on s’est demandé de quelle feuille de route la chaîne privée s’était dotée. Erwin Lapraille, directeur de la programmation, nous a éclairés.

"Objectivement, RTL ne coproduit plus dans le sens de "produire avec" en ayant un impact sur le casting, une équipe à nous et un tournage en Belgique. Le dernier téléfilm en date était le "Louis la Brocante" n°34 tourné en janvier 2008 au Sablon, avec Zecca comme figurant. Maintenant, ce type de coproduction franco-belge, on ne les fait plus car les séries françaises se recentrent de plus en plus sur leur territoire. Et puis, j’en achète moins parce qu’elles ont aussi moins d’impact en termes de public. On s’est recentré sur les grandes marques qui font de l’audience. Nous sommes donc en acquisition pour "Sœur Thérèse.com" et "Louis la brocante"." Mais le catalogue n’est guère envahissant: deux "Sœur Thérèse" proposées en 2008 comme en 2009 et trois "Louis La brocante" pour cette année. Une série qui est d’ailleurs appelée à se raréfier, son acteur principal, Victor Lanoux, ayant exprimé le souhait de lever le pied. "Mais on continuera tant que cela fonctionnera car c’est un bon créneau d’audience et une marque à laquelle le public est attaché."

Délestée de toute obligation d’aide et de production vis-à-vis de la profession belge, depuis qu’elle est redevenue luxembourgeoise, RTL reste cependant "très présente sur deux fronts : le divertissement et les magazines d’infos". "Ainsi, rappelle Erwin Lapraille, nous sommes adossés à Keynews pour 150 à 170 heures de production par an. Et là, il y a un vrai suivi éditorial de notre part. On travaille aussi avec Everlasting, qui produit "Images à l’appui", "Un dîner presque parfait", etc." Soit 75 heures par an. Il y a encore Zebra images, la maison de production d’Erik Silance "à qui nous avons commandé quatre reportages autour de la justice": "Gardiens de prison", "Exploits d’huissiers" (1), "Justice pour tous" et "Justice express. "Un peu dans la lignée de ce que nous avions fait avec Georges Huercano autour des médecins légistes." Enfin, il y a une demi-douzaine de "petites structures qui font des habillages d’antenne et des pastilles sponsorisables pour nous, comme Okidoki ou Zoom production. Hors fiction, ces coproductions font travailler une dizaine de boîtes belges."

A côté de ces deux secteurs, "la décision a été prise de consacrer 7 % du budget acquisitions à de la fiction belge. Mais notre choix est de faire du 100 % belge: casting, guests, tournage, équipe, etc. Nous ne voulons pas nous mettre en concurrence avec les fictions françaises ou la RTBF. C’est sûr que si j’avais les moyens de faire "Vive les vacances", je le ferais " Deux axes ont donc été choisis: humour et dessins animés, auxquels s’ajoute un téléfilm 100 % belge par an.

"Ma volonté est que nous ayons au minimum une pastille humoristique par semaine de 3 ou 4 minutes, soit 52 par an." Se succèdent dans ce segment, les Liégeois de "Tu l’as pas volée" (coproduits avec BeTV) et "Fritkot", produit par Nexus. Pour prendre la suite, se profile une idée originale de Fabrice Brouwers, scénarisée par Stéphanie Soreil, avec qui il travaille sur "Bel RTL Comédie". "Pas sorti de l’auberge" se passe dans le lobby d’un hôtel bruxellois; une quinzaine de pastilles sont en attente de production avec Be TV.

"Attentif à tout ce qui se passe", Erwin Lapraille avait repéré "The Marvellous Flying Box" de Patrick Janssen sur le Net mais la direction de France 4 ayant été plus rapide, la série a été achetée, à défaut d’être coproduite par RTL.

Au rayon dessins animés, les deux projets qui l’occupent pour le moment sont "Les Wallies et les Clumpies", un projet (26x7 min) chapeauté par Universal dans lequel il aide "à finir le tour de table de financement", et "Groove High", une série (26x26min) façon "High school musical" destinée aux pré-ados. "Ce ne sont pas des projets qu’on produit à 100 % mais des pré-achats et des aides à la production pour des dessins animés réalisés en partie en Belgique."

La cerise sur ce gâteau est sans conteste le téléfilm que RTL s’apprête à mettre sur orbite dans les derniers jours de décembre. Produite par Nexus, "Bonne année quand même" est la première longue fiction réalisée par Hugues Hausman, mettant en scène Stéphane Bissot et Patrick Spadrille, bien connus dans le bistrot d’en face (le "Melting Pot"). Une histoire étrange autour d’un ticket de Lotto se déroulant dans le Brabant wallon

Qui sait, l’an prochain, Patrick Alen, autre "proche de la maison" suivra-t-il peut-être le même chemin? Déjà, son court métrage "La maison blanche" entièrement réalisé dans la région de Spa, est produit par RTL et Be TV(2).

Dans ce domaine, une seule exclusive: "J’évite les projets trop sombres. Il faut qu’il y ait une adéquation de cible et l’envie de chaque partenaire joue. En fait, je suis surpris des faibles sollicitations des producteurs belges", mais peut-être croient-ils le guichet fermé "C’est vrai que je peux me permettre d’être plus sévère aujourd’hui et très attentif à ma cible. On a pris "Mademoiselle Joubert" ou "Camping paradis" parce que c’était bien écrit et bien joué, c’était donc bon pour notre public." En les achetant, Erwin Lapraille vise toujours les 25 % de part de marché.

(1) "Exploits d’huissiers" sera proposé en priorité sur Be 1, ce jeudi à 20 h 45.

(2) "La maison blanche": projection au Kinepolis de Rocourt ce jeudi à 18 h 45.