Milquet demande aux médias de bannir le terme "allochtone"

V.Van Vyve avec Belga Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

La ministre fédérale de l'égalité des chances (cdH) a envoyé une missive aux rédacteurs en chef des médias belges (quotidiens, hebdomadaires, radios et télévisions) leur demandant de suivre l'exemple du "Morgen" en bannissant le terme "allochtone" de leurs colonnes.

Joëlle Milquet les a invité à discuter, le 16 novembre prochain, du "rôle des médias dans la perception des minorités et dans la lutte contre le racisme. Ainsi, pouvons-nous parler d'éventuelles nouvelles initiatives. En attendant, je ne peux qu'appuyer la décision prise par "De Morgen" de ne plus faire usage du mot 'allochtone'. Une initiative que j'aimerais recommander aux autres rédactions, qui veulent tout autant combattre les stéréotypes et les stigmatisations", cite De Morgen ce vendredi.

D'autres membres du gouvernement ont réagi à l'annonce du quotidien. Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a estimé que la communication du gouvernement devait également être expurgée du terme "allochtone", tandis que Laurette Onkelinx (PS) veut inviter tous les fonctionnaires à l'éviter.

Du côté du CD&V, le secrétaire d'Etat Hendrik Bogaert est plus circonspect. "Je ne suis pas convaincu qu'un changement de terminologie chargera quoi que ce soit à l'intégration des nouveaux arrivants", a-t-il dit.

Le ministre flamand en charge de l'intégration, Geert Bourgeois (N-VA), juge pour sa part que le débat est positif. "Je n'utilise moi-même plus ce mot depuis quelques années", a-t-il souligné.

Interrogé, le rédacteur en chef de la VRT Luc Rademakers ne prévoit toutefois pas d'interdire le terme au sein de sa rédaction.

Publicité clickBoxBanner