Médias/Télé "Objectif Monde", le nouveau magazine mensuel de reportage et d’investigation. TV5 Monde, 21 h.

Les revenants sont-ils des bombes à retardement. Ou pas ? A travers leurs reportages, la RTBF, la RTS, Radio Canada, France Télévisions et TV5 Monde nous ont montré une facette de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants qui ont rejoint le groupe Etat islamique et qui, aujourd’hui, reviennent dans leurs pays respectifs. Objectif Monde H H est le nouveau miroir à facette de ces questions internationales.

Ce magazine mensuel a été voulu par Yves Bigot, directeur général de TV5 Monde, après qu’il a créé "64’ Le Monde en français" et "300 Millions de critiques", deux grands rendez-vous qui mettent en avant le travail des rédactions partenaires.

Ce nouveau rendez-vous de 90 minutes confronte les regards des journalistes francophones. Leurs reportages, leurs enquêtes diffusées sur toutes les chaînes partenaires ont été recensés par un comité éditorial représenté par les directeurs d’informations des chaînes respectives. Une fois la sélection opérée, l’émission s’est construite en concertation et en coordination avec ces reporters dont le sujet a été retenu. A l’issue de la diffusion d’un extrait de leur enquête, ils viennent en parler en plateau. Un travail valorisé au moment où l’info est de plus en plus tweetée et les sujets raccourcis.

Sortir de l’ethnocentrisme

Pour ce premier numéro, Dominique Laresche reçoit sur son plateau, à Paris, Emmanuelle Bressan de la Radio Télévision Suisse, Catherine Lorsignol de la RTBF, Stéphanie Perez de France Télévisions et Sophie Roussi de TV5 Monde. Un invité, Pierre Puchot, co-auteur du livre "Le combat vous a été prescrit", apporte un éclairage supplémentaire.

La France et la Belgique sont les deux pays de l’Union européenne qui ont connu le plus grand nombre de départs de djihadistes vers la Syrie ou l’Irak. Comment les autorités belges gèrent-elles le retour de ces revenants ?

Sur cette question, Dominique Laresche a sollicité Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères et européennes : "On a souvent tendance à penser que le sujet est uniquement français, qu’il est lié à la société française. On se rend compte que c’est un problème beaucoup plus vaste que ça. J’en veux pour preuve que le plus grand nombre de jeunes partis pour le djihad, ce sont des Tunisiens. Ce magazine permet de donner une vision assez large de la thématique, de sortir d’une vision qui peut paraître un peu ethnocentrique", constate la journaliste.

Présentatrice des journaux internationaux, Dominique Laresche connaît le terrain : "Quand Stéphanie Perez me parle de ses moments de trouble face à des enfants soldats, ce sont des moments que j’ai déjà vécus. Ces moments où vous regardez un enfant dans les yeux et vous vous dites : mais il en a tué combien ? Et là, il peut encore tuer ou pas ? Qu’est-ce qu’il pense de moi, là, maintenant ? Ce sont des moments hyperforts dans une vie de reporter, des moments extrêmement déstabilisants."

Cette passionnée de foot, qui rêvait de devenir journaliste sportive, a découvert les pays d’Afrique, leur culture, leur économie, à travers son sport préféré. Fille d’un père ouvrier et d’une mère agricultrice, issue de cultures différentes, avec des codes fort éloignés de ceux du journalisme, Dominique Laresche apporte une sensibilité particulière à ce nouveau magazine.