Médias/Télé Virginie Calmels, invitée sur le plateau de Laurent Ruquier ce samedi 10 mars, s'est trouvée sous le feu des critiques à propos de son livre "J'assume".


La vice-présidente déléguée des Républicains, a pu compter sur un soutien de poids. Prise à partie par la chroniqueuse Christine Angot, l'invitée a été défendue par l'avocat Éric Dupond-Moretti.

Dénonçant "le milieu social assez homogène" dans lequel évolue l'ancienne vice-présidente de Bordeaux, la chroniqueuse a énuméré les compagnons de l'élue : Christian Blanc, ancien PDG d'Air France, François-David Cravenne, conseiller en communication de Brice Hortefeux, et aujourd'hui Jérôme Chartier, homme fort de la campagne de François Fillon, à qui elle est fiancée.

Cette intervention de Christine Angot a été perçue comme une atteinte à la vie privée par le ténor, qui s'est emporté. "C'est d'une violence incroyable, madame", a lancé l'avocat sous les applaudissements du public. Et de poursuivre : "Que vous alliez exposer publiquement un passé sentimental dont, peut-être, madame n'a pas envie de parler, c'est aller très loin. On n'est pas au tribunal ici !".

La chroniqueuse, choquée d'être interrompue de cette façon, a expliqué avoir fait part de son simple ressenti après avoir lu l'ouvrage de Virginie Calmels. Mais cela n'a pas calmé Éric Dupond-Moretti. "Pardonnez-moi de vous le dire, mais on est ici dans une émission qui est aussi une émission de divertissement. Or ça plombe le truc depuis tout à l'heure", a lâché l'avocat pénaliste.

"Vous êtes très agressif", a alors répondu Christine Angot. "Je ne suis pas une journaliste, vous n'avez pas à m'interrompre comme une journaliste".

Enfin, l'avocat a annoncé souhaiter que cette séquence ne soit pas "coupée au montage" afin que les téléspectateurs puissent se faire une idée de la joute verbale qui l'a opposé à la chroniqueuse.

Après un dernier échange tendu entre Viginie Calmels et Christine Angot, Yann Moix, qui avait dénoncé un livre "sans intérêt", a renoncé à poser une dernière question à l'invitée, estimant qu'elle "avait bien mérité son repos".

L'invitée, avant de quitter le plateau, a serré la main d'Éric Dupond-Moretti: "Je sais qui je prendrai comme avocat".