Médias/Télé Netflix dévoile ce vendredi "Our Souls at Night". Ou les retrouvailles d’un couple mythique.

Début septembre, l’un des événements majeurs de la 74e Mostra de Venise a sans contexte été la venue sur le Lido de Jane Fonda et Robert Redford. Formant un couple mythique d’Hollywood depuis "Pieds nus dans le parc" de Gene Saks il y a tout juste 50 ans, les deux stars se sont vu décerner un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de leur carrière mais aussi pour leur engagement politique, notamment pendant la Guerre du Vietnam. A cette occasion, le duo, toujours aussi complice, dévoilait également en avant-première mondiale Our Souls at NightH H ("Nos âmes la nuit"), une production Netflix visant le marché seniors, comme le reconnaissait ouvertement Redford à Venise, également producteur de cette adaptation d’un livre de la romancière américaine Kent Haruf.

Confié à l’Indien Ritesh Batra - repéré au festival de Sundance de Redford et connu pour la comédie romantique "The Lunchbox" -, ce téléfilm gentillet raconte, de façon très simple la rencontre entre deux veufs dans une petite ville du Colorado. Un soir, Addie (Fonda) frappe à la porte de son voisin Louis (Redford) pour lui demander : "Ça te dirait, un soir, de venir à la maison et passer la nuit avec moi ?" Pas pour coucher hein, juste pour survivre à la solitude de la nuit. Après réflexion, le vieil homme finit par accepter cette proposition inattendue. Débute alors une (un peu trop) jolie romance…

Glamour à 80 ans

Le plaisir que l’on prend à passer un moment dans cette petite ville des Rocheuses, c’est évidemment de retrouver deux acteurs à la complicité naturelle. A 81 ans pour Redford et 79 ans pour Fonda, le couple reste très glamour. On partage leur maladresse d’adolescents à l’ébauche d’une nouvelle histoire d’amour. Sauf qu’ils ont déjà pas mal de bouteille, portant tous deux un lourd passé familial. Le fils d’Addie (campé par l’acteur flamand Matthias Schoenaerts) débarque ainsi un jour pour confier son jeune fils à sa grand-mère. L’intrus vient évidemment perturber le petit manège des vieux amants…

"Our Souls at Night" est une œuvre délicate, très pudique. A la Mostra, Jane Fonda regrettait d’ailleurs avec malice n’"avoir pas eu plus de scène de sexe avec Robert, qui embrasse très bien !" Il faut dire qu’avec sa série "Grace et Frankie" (autre production Netflix), elle est devenue l’un des porte-paroles de la sexualité après 70 ans…

Guère audacieux thématiquement - la seule subversion de ce couple est finalement de décider de ne plus se soucier du qu’en dira-t-on en s’affichant au grand jour au resto et dans la rue -, "Our Souls at Night" est aussi sans réelle surprise. Ritesh Batra signe un film presque hors du temps, qui dépeint avec douceur la vie quotidienne de l’Amérique rurale, celle du café du matin entre amis au "diner", du sens de la communauté ou du camping et la partie de pêche au bord d’une rivière. Soit une Amérique éternelle, mythique, fantasmée, qui semble ne plus exister qu’à l’écran.