Médias/Télé

Devenue un véritable phénomène de société, la chirurgie esthétique vit une véritable révolution depuis une dizaine d'années. Ce qui jadis n'était à la portée que de quelques stars fortunées est aujourd'hui en passe de devenir l'indispensable «maintenance» habituelle (sic!) de Monsieur et Madame Tout-le-monde.

La folie du bistouri

La preuve avec son irruption sur les plateaux de télévision en guise de nouveau show de début de soirée aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne mais aussi en Flandre («Beautiful», sur VT 4).

Devenue le pivot d'émissions de télé-réalité, la chirurgie esthétique était déjà au coeur de l'expérience «Extreme makeover» tentée par ABC. Une tendance qui a atteint le sommet de l'abject avec «I want a famous face», où MTV propose à ses candidats d'adopter les traits de la personnalité (star) dont ils sont fans... Moins trash mais tout aussi troublant est le programme proposé depuis deux ans par la Fox et baptisé «The Swan» en référence au vilain petit canard d'Andersen transformé, à la fin de la fable, en cygne majestueux. Seize jeunes femmes se lancent corps et âme dans ce programme assorti, au final, d'un concours de beauté, le public étant appelé à désigner, au terme de celui-ci, celle qui «aura le mieux réussi sa transformation aussi bien physique que psychologique».

L'intérêt du programme - car il n'en est pas totalement dépourvu - est de montrer que cette quête de beauté n'est pas sans incidence ni sur le moral, ni sur l'équilibre psychique, ni sur la santé des couples qui s'en remettent aux outils de la chirurgie pour «mieux s'aimer». Au-delà de la douleur et des larmes, les candidates s'astreignent pendant trois mois à un régime sévère, à un coaching serré et à des heures de pratique sportive. Toutes choses que le programme n'élude pas, relatant la transformation de deux candidates dans chacune des émissions.

Il n'empêche, on se demande l'impact que les comparaisons «avant-après» auraient sur un regard adolescent, en mal d'estime de soi. Résumées en 45 minutes, les trajectoires sont d'autant plus illusoires que les modèles proposés restent ceux établis par les canons traditionnels de beauté. Le piège est là, bien affûté... En revanche, un public averti devrait y trouver une raison de plus de se méfier des marchands de rêve maniant pochettes siliconées et bistouri à l'envi.

Programmé dans la case «Télé d'ailleurs», «The Swan» sera diffusé le jeudi à 20h30 en clair sur Be1 à partir du 2 juin.

La fiction qu'on préfère

Dans le genre, on préfère nettement «Nip/Tuck», la série corrosive et décalée qui a pris la chirurgie esthétique pour cible. BeTV s'apprête à en diffuser la deuxième saison, plus mature et décapante, dès le 18 avril. Saluée par la critique et récompensée en janvier par le Golden Globe de la meilleure série dramatique 2005, «Nip/Tuck» tranche dans le mythe et bouscule le culte de l'apparence en mettant en scène les agissements et questionnements de deux chirurgiens plastiques en proie à la crise de la quarantaine. Nous en reparlerons...

© La Libre Belgique 2005