Médias/Télé insolite

C’

est sous le titre générique "Small is beautiful" que la RTB propose, ce soir dès 22h sur La une, deux documentaires de Philippe Dutilleul ("Bye Bye Belgium") et Julien Oeuillet sur les micro-Etats. Sous un angle insolite et complètement décalé, Bienvenue chez les p’tits H H et Monseigneur et les Indiens H H H , s’interrogent sur le rôle des Etats, la souveraineté et l’identité nationale.

Un micro-pays est-il aussi "vrai" qu’un grand ? Un pays rêvé peut-il rivaliser avec un pays établi ? Deux films au regard à la fois comique et inattendu mais toutefois riches en enseignements.

Bienvenue chez les p’tis

En Europe, il existe quelques principautés appelées micro-Etats. Karl-Heinz Lambertz, ministre-Président de la communauté germanophone de Belgique s’y rend d’ailleurs régulièrement. Il ne revendique nullement l’indépendance mais s’interroge sur le fonctionnement de ces Etats dont la souveraineté est acquise : comment exercent-ils la démocratie et sous quelle forme ? Avec plus ou moins d’efficacité ? "Face aux compétences accrues données aux communautés la question se pose avec acuité" indique-t-il.

En sa compagnie, le film voyage dans trois micro-Etats européens (Monaco, Andorre, Liechtenstein) et explore leurs modes de fonctionnement politique, social, économique. Sont-ils des modèles à suivre ou des démocraties d’opérette ? Comment ces Etats exercent-ils un certain protectionnisme ? Quel accueil réservent-ils aux allochtones ? Y a-t-il des leçons à tirer de ces expériences pour une Belgique de plus en plus divisée ?

Un périple où l’humour n’est jamais loin. L’importance de la coopération et de la cohésion sociale, l’inexistence du syndicalisme, l’équilibre des pouvoirs, l’organisation de l’administration et de la fonction publique, le rôle des princes et co-princes, les élections, le rôle des partis politiques, l’accès au marché de l’emploi et à l’éducation, etc. Le documentaire "Bienvenue chez les p’tis" aborde en effet de nombreuses problématiques.

Monseigneur et les Indiens

Aventurier éclairé ou roi de pacotille ? Fou paranoïaque ou militaire apprécié des communautés indiennes qu’il voulait unifier ? Antoine de Tounens, fils de paysans périgourdin, est proclamé Roi d’Araucanie et de Patagonie en Amérique du Sud en 1860. Réalisé dans l’esprit des documentaires à la "Strip-Tease", ce film raconte l’histoire totalement invraisemblable d’un respectable octogénaire français qui, depuis sa ferme du Périgord, revendique la couronne d’un royaume qui n’exista que pendant une poignée de jours Totalement surprenant, insolite et drôlissime, "Monseigneur et les Indiens" pose également la question de la souveraineté des peuples autochtones : et si l’Araucanie était vraiment une terre indienne spoliée ? Intrigues de salons et luttes violentes s’entrechoquent, entre rires et larmes, dans une fable néocoloniale aux relents de comédie humaine. Une histoire un peu dingue très révélatrice des facéties du pouvoir, réel ou factice.