Médias/Télé Le quotidien français Nice Matin vient de le remercier après 14 années de bons et loyaux services.

"C’est alors que je m’ap­prê­tais à inscrire sur la liste de mes vœux le souhait de pour­suivre en 2018 ce petit billet, qu’on m’a informé qu’il devait dispa­raître en raison des diffi­cul­tés finan­cières de la presse écrite", à écrit l’ex-tenancier des Grosses Têtes sur RTL, dans sa chronique quotidienne du journal intitulée Adieu et merci ! qu’il a donc rédigée pour la toute dernière fois.

2018 ou les résolutions financières

Par amour de l’exer­cice, Philippe Bouvard avait déjà précédemment accepté de réduire son salaire. Il dit qu’il aurait même été capable de continuer son édito à titre bénévole. "Mais on ne me l’a pas proposé, précise-t-il. Depuis quatorze ans et sans jamais prendre un jour de repos, j’essayais tantôt de vous faire sourire avec ce qui semblait aller mal tantôt de vous alarmer avec ce qui paraissait aller bien." Avant de poursuivre d’un ton solennel et émouvant : "Je m’adresse donc à vous ici pour la dernière fois. […] Quatorze années de vie commune ! 5.225 billets ! Aujourd’­hui, votre servi­teur connaît l’étrange situa­tion du maître d’hô­tel qui, pour réduire les heures supplé­men­taires, aban­donne son service en plein dîner et souhai­tant bonne conti­nua­tion aux convives."

En guise d’adieu contraint et forcé, le journaliste de 88 ans conclut : "Je vais tenter de trou­ver sinon la paix de l’âme, au moins la séré­nité du stylo. Mais je pense­rai souvent à vous."