Médias/Télé

Il n’y a aucun risque de voir "Plus belle la vie" diffusé sur TF1. Selon l’enquête menée par l’Autorité de la concurrence, un transfert de la série, actuellement diffusée sur France 3, serait impossible sur le plan juridique et économique. Rappel des faits.

Le 27 novembre dernier, TF1 notifiait à l’Autorité de la concurrence la prise de contrôle de la société Newen qui produit le feuilleton quotidien "Plus belle la vie", l’émission "Les Maternelles", "Candice Renoir"…

Au micro de France Inter, Christian Vion, Secrétaire général de France Télévisions, commentait cette opération de rachat, jugée "surprenante et déloyale", de Newen, son "principal fournisseur", par TF1, son "principal concurrent". Concernant la saison 12 de "Plus belle la vie", il menaçait : "Les téléspectateurs sont sûrs d’avoir leur feuilleton sur France 3 jusqu’à l’été prochain, après rien n’est sûr. J’espère qu’on trouvera une solution." Une situation qui inquiétait aussi les nombreux fans belges qui suivent le programme sur la Deux.

Devenir producteur de programmes

Selon TF1, ce rachat permettait de rajouter le métier de producteur à celui de diffuseur. Son objectif était d’aller à la conquête de l’international et non pas mettre les programmes de France Télévisions sur son antenne.

Le 21 janvier 2016, après "une large consultation des chaînes de télévision et des acteurs du secteur de la production, ainsi qu’une analyse minutieuse des caractéristiques des marchés concernés", l’Autorité de la concurrence autorisait le rachat de Newen par TF1.

Une décision de l’anti-trust qui conforte la position de la chaîne privée. "Cette opération s’inscrit dans un contexte global de concentration du secteur, qui voit la consolidation de sociétés de production, voire leur adossement à de grands groupes audiovisuels. Elle consiste, pour TF1, à diversifier ses activités en constituant un nouveau pôle d’activités en amont de la chaîne de valeur."

Hier, BFM Business publiait, sur son site, le rapport intégral de l’Autorité désormais rendu public. Un rapport également visible sur le site de "La Libre". Ce dernier comporte certaines informations financières occultées à la demande des parties. Selon le gendarme de la concurrence, le transfert de "Plus belle la vie" est impossible juridiquement.

Concurrence exagérée

"Le contrat portant sur le programme ‘Plus belle la vie’ comporte un "droit de suite", avec renouvellement automatique, selon des modalités financières prévues. Cette disposition impose ainsi à Newen de proposer en priorité à France Télévisions l’acquisition des droits pour toute suite de cette œuvre."

S’agissant de la menace économique, notre confrère de BFM dénonce. "Le service public a même commandé au cabinet Popcorn Media une étude confidentielle évaluant "l’impact publicitaire du transfert de Plus belle la vie" sur TF1. Etude qui conclut que la Une gagnerait 37 à 71 millions d’euros de publicité dans l’affaire…" Cette étude a été envoyée à l’Autorité de la concurrence, qui devait juridiquement valider le rachat. "TF1 pourrait priver France Télévisions de contenus importants produits par Newen, en particulier ‘Plus belle la vie’", est allé jusqu’à prétendre France Télévision auprès du gendarme de la concurrence. "En réalité, les chaînes publiques ont visiblement exagéré l’impact potentiel de ce rachat."

Ni TF1, ni France Télévisions, ni Popcorn Media n’ont répondu à notre demande d’interview.