Médias/Télé Si les travailleurs d'iTELE se sont opposés à l'arrivée sur leur chaîne de Jean-Marc Morandini, d'autres voix s'élèvent sur le contenu de son émission, Morandini Live. Les téléspectateurs vont en effet de déconvenues en déconvenues.


Copié-collé de Wikipédia

Rachel Bourlier, chroniqueuse dans l'émission, a cru bon de lire mot pour mot une page Wikipédia sur l'alerte enlèvement afin d'expliquer son sujet. Un manque de professionnalisme pointé par les équipes de Yann Barthès dans Quotidien. Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez constater que la seule originalité de la jeune femme a été de passer quelques mots ou lignes dans le texte de Wikipédia.


La fille d'une chroniqueuse présentée comme correspondante aux Etats-Unis... depuis Londres

La fille de Rachel Bourlier, Samantha, a été présentée à l'antenne sous le brillant titre de "correspondante aux Etats-Unis". Seulement voilà, selon les journalistes d'iTELE, la jeune femme ne pouvait pas se trouver aux Etats-Unis au moment de l'émission puisqu'elle avait rendez-vous avec des amis à Londres peu après et qu'elle venait de poster quelques photos de la capitale anglaise. 


La fausse spécialiste politique

Lors de sa toute première émission, Jean-Marc Morandini souhaitait décrypter le débat Clinton-Trump. Cependant, il a interviewé Linda L'Hrar, présentée comme une spécialiste de la politique américaine, qui est en fait... une consultante en ressources humaines. Chacun sa spécialité puisque la supercherie a été démasquée par des internautes qui ont tiqué sur plusieurs de ses propos.


Une première techniquement faible

Suite à la grève des travailleurs d'iTELE, la première de l'émission s'est déroulée dans des conditions peu optimales. Mais l'émission manquait, semble-t-il, également de préparation. Un twitto s'est amusé à recenser les moments gênants durant cette émission. Et il y en a eu beaucoup. 


La chaîne a décidé ce lundi 24 octobre de suspendre provisoirement l'émission de Jean-Marc Morandini, pour des "raisons opérationnelles" durant la durée de la grève.