Médias/Télé

Ce vendredi matin, tout fidèle d'un quotidien l'aura découvert: le prix du journal a augmenté. Il vous faudra ajouter trois petites pièces d'1 franc pour acquérir votre «canard» favori. De «La Libre» au «Soir», en passant par «La Dernière Heure» ou «Vers l'Avenir», le prix de vente atteint dorénavant 33 francs.

Dans le cas de «La Libre Belgique», le service des ventes nous précise qu'il faut remonter à juillet 1995 pour retrouver la dernière hausse du prix de vente. La hausse de 10 pc intervenant ce jour est donc très relative: 10 pc en six ans, cela compense à peine l'évolution de l'indice des prix à la consommation

Si les éditeurs francophones se sont résignés à majorer le prix de leurs journaux, c'est avant tout pour des motifs de saine gestion financière. Pour le dire platement, les «tuiles» n'ont pas manqué ces derniers mois. Il s'agit, avant tout, de l'envolée du prix du papier (+25 pc!), dont l'impact est palpable depuis la fin de l'année dernière. Sachant que cette matière première pèse pour près d'un tiers du coût de production global, la situation était devenue intenable. D'autre part, la conjoncture publicitaire s'est brutalement inversée au début 2001. Et la pub, ça pèse également lourd dans le financement d'un quotidien. Enfin, il y a un élément plus technique lié à l'arrivée prochaine de l'euro. Un choix rapide devait être posé pour aboutir à un taux de conversion suffisamment praticable. Or, avec 33 francs, cela fait 0,82 euro, ce qui ne devrait pas trop contrarier les consommateurs.

A ces explications ponctuelles, deux éléments de réflexion. Un: la plupart des pays qui nous entourent dont la France n'ont pas attendu la mi-2001 pour renchérir le prix des journaux. Et, comparativement, les quotidiens francophones belges apparaissent plutôt, voire parfois nettement, moins chers que leurs homologues étrangers. C'est particulièrement le cas pour les quotidiens dits de «qualité».

Deux: la politique tarifaire des éditeurs néerlandophones. Alors qu'il y a un alignement du prix de vente des quotidiens dans le sud du pays (à l'exception de «L'Echo»), on assiste à des différenciations au Nord. Non seulement entre quotidiens «De Morgen», par exemple, se vend à 38 BEF, contre 32 pour «Het Laatste Nieuws» , mais aussi entre jours de la semaine. Ainsi, «De Standaard» se vend à 40 BEF du lundi au vendredi, mais à 45 BEF le week-end. Soit 36 pc de plus que «La Libre» du samedi

© La Libre Belgique 2001