Médias/Télé

Une certaine confusion a régné, jeudi, à propos de l'information - révélée dans notre précédente édition - selon laquelle le ministre Rudy Demotte (PS) allait exiger, auprès de ses collègues du gouvernement de la Communauté française, une renégociation du moratoire conclu avec la BBL dans le cadre des déboires financiers de RMBI (régie publicitaire contrôlée à 33 pc par la RTBF).

Motif: ledit moratoire n'aurait pas été négocié au meilleur des intérêts de la RTBF... D'après nos informations, la `fuite´ a suscité une courte discussion entre ministres et une grosse colère du ministre-Président Hervé Hasquin, passablement irrité par ce nouvel épisode d'une pénible saga. `Le moratoire ne sera pas remis en question´, affirmait-on hier au cabinet Hasquin. Fin de l'épisode?

Pas tout à fait. A l'issue du gouvernement, le ministre de l'Audiovisuel Richard Miller s'est entretenu avec les deux commissaires du gouvernement au conseil d'administration de la RTBF. Message: interpeller le CA ertébéen afin d'avoir toutes les assurances sur la nature du moratoire (report du remboursement de créances à la fin mars 2002). Réuni hier après-midi, le conseil d'administration de Reyers semble avoir donné satisfaction. Par voie de communiqué, la présidente Marie-Hélène Crombé a indiqué que la RTBF avait été confortée sur l'utilité du moratoire par le rapport d'un réviseur d'entreprise. (P.-F.L.)

© La Libre Belgique 2001