Médias/Télé

La Deux se veut drôle, piquante, originale et surtout pleine d’audace", affirme François Tron, patron des chaînes RTBF. De quoi apporter une respiration bienvenue au sein d’une rentrée plombée par des perspectives économiques peu riantes sur le front du paysage audiovisuel belge ? C’est une façon de l’analyser.

Pour démontrer qu’elle n’a pas froid aux yeux, la chaîne a recruté un duo détonant : Fanny Jandrain, venue de RTL, et Maximilien Dienst, ex-candidat "Top Chef", gastronome, chef étoilé et trublion incontrôlable dès qu’il se retrouve face à un public ou à une caméra. Cela promet bien du plaisir à l’animatrice et comédienne qui devra "cadrer" le jeune homme dans "Max et Vénus", émission culinaire qui parlera aussi tendances et actualité.

Pour Fanny Jandrain, une page se tourne. "Ma tête a dit "oui" tout de suite lorsque la RTBF m’a proposé le projet. Mon cœur a mis plus de temps car, dix ans, cela ne s’efface pas comme cela. On ne quitte pas une chaîne dans laquelle tout se passe bien sans réfléchir." Mais la perspective qui s’offrait à elle ne se refusait pas, surtout dans un contexte de restructuration attendue du groupe RTL. "Le choix s’est fait sainement et proprement car tout s’est bien clôturé avec RTL. Je découvre une nouvelle direction et une nouvelle équipe que je suis ravie d’intégrer." Face au duo Jandrain-Dienst, un quatuor de choniqueuses se relayera lors d’émissions enregistrées les lundi, mardi et mercredi soir, "soit durant mes jours de congé au restaurant. Lors de chaque émission, je proposerai sur base d’un même produit une recette abordable relevant de la cuisine quotidienne et une autre, gastronomique, pour les cuistots plus aguerris." Le tout assorti des remarques bien senties qui ont fait son succès sur le web. Attendue début octobre, l’émission, diffusée à 17h30, s’offrira une "escapade hors studio" par semaine.

Par son positionnement et son ton, ce programme viendra renforcer le créneau humoristique et léger déjà occupé par "69 minutes sans chichis", attendue le 21/9, ou par "Le grand cactus". L’émission de Jérome de Warzée, de retour le 14/9, a en effet enregistré de très belles audiences sur la Deux la saison dernière.


Des fictions et des humains

Côté séries. La Deux accueille "Le Bureau des légendes", excellente série d’espionnage produite par Canal + et "Taken", prequel du film homonyme. Elles s’ajoutent à une offre déjà bien installée: "Game of Thrones", "Vikings", "Last Kingdom", "Borgia" et "Gotham". Un panel auquel s’ajoute "Like moi", série sur les 20-35 ans adap- tée d’un format canadien, coproduite par le service Jeunesse RTBF avec la France et la Suisse.

Cinéma. Les amateurs pourront s’offrir des cycles variés, de Clint Eastwood à Stanley Kubrick en passant par Harry Potter et la nouvelle saison de "Tellement ciné". Une affiche alléchante à laquelle il faut ajouter la 8e cérémonie des Magritte car la RTBF, longtemps partenaire de l’événement, en deviendra le principal organisateur en accord avec Be TV qui "en reste le partenaire fondateur".

Culture. La rentrée amène son lot de livres et de rencontres avec les émissions "Livrés à domicile" et "Hep taxi". Après un enterrement 1re classe, l’émission de Jérôme Colin s’est dotée d’un nouveau véhicule 100 % écolo de façon à pouvoir repartir "pour 15 nouvelles années de balades culturelles". La première, fixée le 17 septembre, verra Yann Arthus Bertrand inaugurer le véhicule. Suivront Manu Katché et Adèle Exarchopoulos.


Avec "Vews", La Deux s’ouvre à l’info enrichie

Parmi les rendez-vous annoncés par La Deux pour cette rentrée se trouve une nouvelle approche de l’actualité. Avec "Vews" (contraction de "vidéo" et de "news"), la RTBF propose une offre enrichie de l’information. Une équipe de six journalistes d’horizons différents s’est formée pour concevoir des vidéos sur l’actualité. Tous les jours, dès le 2 octobre, elles seront directement publiées sur le site de la RTBF, les réseaux sociaux et la plateforme Auvio.

Un style direct

A 18h, "Vews" sera présenté sur La Deux par Laurent Henrard ou Eric Boever, tous les deux habitués du "12 minutes". En seulement cinq minutes cette fois, le journal donnera l’essentiel de l’actualité avec des éléments sonores. Dans un style direct et décontracté, les journalistes reviendront à 22h30 pour une formule approfondie, en 20 minutes. L’équipe reviendra sur l’actualité du jour à l’aide des vidéos réalisées la journée, sous-titrées et accompagnées d’humour.

Toucher les plus connectés

"L’objectif est d’apporter un regard décalé et novateur par rapport aux journaux télévisés classiques que les téléspectateurs auront vus avant 22h30. En faisant ce qu’on appelle ‘un pas de côté’, on souhaite offrir des décryptages originaux", explique Laurent Henrard, initiateur du projet. "Le 12 minutes" et "Le 15 minutes" disparaissent car "il fallait revoir la formule", confie Eric Boever. Un deuxième constat s’imposait : la consommation de l’information s’est déplacée de la télévision vers les réseaux sociaux, en tout cas en ce qui concerne les 18-35 ans. "L’idée est de suivre cette évolution et de toucher ce public connecté en lui proposant l’actualité en vidéos ainsi que des directs", annoncent les deux visages de "Vews".

Un studio tout neuf

Pour toucher les jeunes et apporter un nouveau regard aux adeptes des JT classiques, ce projet convaincant sur papier avait besoin de son propre studio virtuel et du matériel nécessaire pour réaliser des vidéos percutantes, ce qui explique le délai avant son démarrage. Notons que depuis le printemps, l’actualité du web est décryptée dans le "20:02", présenté chaque jour de la semaine par Bénédicte Deprez et Adrien Devyver.