Médias/Télé

Ancien administrateur général de la RTBF, le journaliste est décédé à l’âge de 85 ans.

Il a été le premier visage du journal télévisé, à l’automne 56. À l’époque, la RTBF s’appelle encore INR et se contente de relayer les bulletins de la télévision française. Mais, lors de la crise du canal de Suez, c’était devenu intenable. "Il a fallu improviser, en quelques heures, pour se passer du relais de Paris. C’est la première fois, le 6 novembre 1956, que j’ai mis ma tête devant une caméra de télévision. On a fait ça avec des gens qui n’avaient jamais fait que de la radio jusque-là", se souvenait Robert Stéphane lors d’un JT en 2013.

Véritable "drogué de l’information", comme il se définissait lui-même, il avait une incroyable capacité à humer l’air du temps, ce qui l’a conduit à lancer notamment un magazine radiophonique aux accents féministes ou encore les premières émissions pour les consommateurs.

Régionaliste convaincu, Robert Stéphane a aussi créé, en octobre 68, les "décrochages" matinaux sur les émetteurs liégeois de l’ancêtre de VivaCité. Il a été aussi l’un des premiers à percevoir les potentialités artistiques des images électroniques, diffusant des travaux de nombreux vidéastes de renommée internationale dans l’émission Vidéographie.

Désigné administrateur général de la RTBF au milieu des années 80, il affronte des circonstances budgétaires difficiles et introduit, presque forcé et contraint, la publicité sur les antennes du service public. Tout en maintenant en soirée un grand magazine hebdomadaire de reportages.

À l’âge d’être pensionné, l’infatigable Robert Stéphane est recruté pour présider la télévision bosniaque OBN, financée par les États-Unis, afin d’asseoir la démocratie dans cette république déchirée par les guerres. Nombreux sont ses ex-collègues et amis à avoir salué ce dimanche, sur les réseaux sociaux, l’homme "passionné, novateur, malicieux", sa grande curiosité, son humour, son audace et même sa "vision acérée des médias". Terrassé par une hémorragie cérébrale, le pionnier de la télévision belge s’en est allé.