Médias/Télé

Vendredi dernier, les administrateurs de la RTBF avaient refusé de donner leur imprimatur aux grilles télé de la prochaine rentrée de janvier. Motif: une information trop tardive et, surtout, un flou considérable sur le cadre budgétaire 2002. Un flou qui avait toutefois conduit la direction de la TV à proposer une grille `remaniée´, dans le sens d'une réduction de la fréquence de plusieurs productions propres de la RTBF pour raison d'économies évaluées à quelque 130 millions de francs.

Certains avaient aussi redouté qu'on les pousse à écourter l'existence de magazines culturels (`Intérieur nuit´, `OEuvres en chantier´). D'où le refus d'adopter les nouvelles grilles.

Retour à la sérénité? Toujours est-il que réuni jeudi, le conseil d'administration a approuvé, à une large majorité, ces mêmes grilles. Seuls les deux représentants Ecolo ont voté contre, arguant d'une procédure à la fois précipitée et insuffisamment concertée avec les équipes concernées.

Et les magazines culturels? Les nouvelles apparaissent plutôt rassurantes dans le sens où... aucune décision n'a été prise. Ce qui, en l'occurrence, fait figure de sursis pour les magazines menacés. `On ne touchera à rien avant de disposer d'une projection budgétaire pluriannuelle et du projet de relance de La Deux´, expliquait-on à l'issue du CA. Voilà qui ressemble curieusement au moratoire réclamé, dans notre précédente édition, par un collectif de 38 producteurs et réalisateurs de la RTBF (un appel diversement apprécié à Reyers).

Quoi qu'il en soit, la hiérarchie de la RTBF paraît à nouveau lier étroitement la relance de `La Deux´ et le redéploiement de l'offre culturelle sur les écrans ertébéens. Anne Bratzlavsky, coordinatrice de la deuxième chaîne, a pu défendre son projet auprès de Gérard Loverius, directeur de la TV. Manifestement convaincu, ce dernier soumettra un projet finalisé dans le courant de janvier. Ce qui augure d'une mise à l'antenne de la nouvelle `Deux´ dès le 21 mars prochain...

L'APRÈS-DRUITTE EST BALISÉ

En marge du conseil d'administration, il a été beaucoup question de l'adoption, par le gouvernement de la Communauté française, de la nouvelle procédure de désignation des fonctions dirigeantes à la RTBF. Comme nous l'expliquions hier, il restait un point à trancher: le mode de nomination du futur administrateur général.

Profondément divisés sur le sujet, les ministres se sont finalement ralliés au compromis élaboré par leur ministre-Président, Hervé Hasquin. De manière synthétique, les prochains patrons de la RTBF - nommés pour 6 ans, renouvelable - devront franchir quatre étapes. Un: après appel à candidatures (interne et externe), présélection de trois candidats maximum par le conseil d'administration, assisté d'experts. Deux: audition des candidats par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (avec remise d'un avis non contraignant). Trois: choix de l'administrateur général par le gouvernement. Et quatre: audition de l'heureux élu par le Parlement de la Communauté.

Le successeur de Christian Druitte, dont le départ serait prévu pour janvier, sait désormais à quoi s'en tenir.

© La Libre Belgique 2001