Médias/Télé

2009 a commencé "en force" pour RTL-TVi, puisque la chaîne privée a enregistré dimanche soir sa meilleure audience depuis 12 ans. Son journal télévisé de 19h00 a en effet rassemblé 917.000 téléspectateurs devant le petit écran (51,6% de parts de marché). C'est avec ce satisfecit que Stéphane Rosenblatt, directeur de la programmation, a présenté lundi un bilan 2008 "tout en continuité" pour la famille RTL avec un leadership bien ancré en Communauté française.

La chaîne privée entend d'ailleurs renforcer sa prédominance dans le paysage audiovisuel francophone en programmant, dès le 26 janvier prochain en "access prime time", l'émission de divertissement "Un Dîner presque parfait". Actuellement diffusés à 18h30 sur Plug RTL du lundi au vendredi, les épisodes français seront aussi placés dans la grille des programmes de RTL dès 17h50 cinq jours sur sept. Des tournages sont actuellement en cours en Belgique pour pouvoir assurer, dès la première semaine de diffusion, des "Dîner presque parfait" à la Belge. Ces jeux culinaires 100% belges seront ensuite diffusés toutes les trois semaines, en alternance avec les épisodes français.

Adapté d'un concept anglo-saxon, la version belge mettra également en concurrence cinq candidats d'une même région qui ne se connaissent pas et qui devront faire découvrir et apprécier une de leurs recettes, en mêlant art de recevoir, décoration et talent. Chaque soir, un candidat différent recevra ses adversaires. Au terme des cinq jours de compétition, seul l'un d'entre eux sera sacré champion et remportera un chèque de 1.000 euros. "C'est un sacré challenge pour RTL qui souhaite renforcer l''access prime time' avant le jeu 'Septante et un'" présenté par Jean-Michel Zecca du lundi au vendredi à 18h30, explique M. Rosenblatt. "Fidéliser les téléspectateurs en fixant une structure de grille entre 17h00 et 23h00", reste l'enjeu et le maître-mot de la chaîne qui, toutes émissions confondues, a gagné 0,5% de parts de marché en 2008, passant de 33 à 33,5%.

"Un téléspectateur sur trois passe sa soirée (entre 17h00 et 23h00) sur une des chaînes de la famille RTL" (composée de RTL-TVi, Plug RTL et Club RTL), se félicite encore Stéphane Rosenblatt. Dans cette optique, RTl-Tvi proposera toujours en 2009 ses rendez-vous d'informations, qu'elles soient déclinées sous forme de journal télévisé, de débats politiques, d'émissions spéciales ou de "déformatages" en fonction de l'actualité. En 2008, la chaîne a ainsi programmé trois émissions spéciales de courte durée, diffusées après le JT de 19h00, sur le pouvoir d'achat, la "panique sur les prix" et celle sur les banques, ou encore sur Michel Fourniret, Geneviève Lhermitte et sur les 15 ans de la disparition de Baudouin Ier, qui ont toutes enregistré une part de marché comprise entre 27 et 35%. Les journaux télévisés, tant à la mi-journée qu'en soirée, ont assuré un leadership quasi total tout au long de l'année 2008.

Stéphane Rosenblatt s'est par ailleurs félicité d'"une des grandes réussites de 2008", à savoir le magazine "Indices", proposé dès février dernier et qui "s'est imposé tout de suite à un public très large". Diffusé le mercredi à 19h50, ce magazine d'investigation est présenté par Dominique Demoulin et l'ancien journaliste de la RTBF Georges Huercano. Avec 477.100 téléspectateurs, il occupe 28% des parts de marché. 2008 aura également été une "année de renforcement" pour les séries à succès, qui "restent fondamentales pour RTL" (Desperate Housewives, Dr House, Les Experts, NCIS Enquêtes Spéciales, etc.). Pour les "grandes premières" cinématographiques, 22 sur 25 ont été diffusées sur la chaîne privée (Camping, La Coccinelle revient, Arthur et les Minimoys, la Doublure, etc.).

François Pirette et ses diverses émissions (Wallowine, Pirette? J'ai très bien connu l'autre, Amédée, son histoire presque vraie) ont occupé pour leur part le haut du classement des émissions de divertissement, confirmant l'adage repris par Stéphane Rosenblatt: "ce qui marche c'est l'humour". Enfin, un autre enjeu prévu par la chaîne pour 2009 sera de redéfinir la mission des speakerines sur antenne, avoue Stéphane Rosenblatt, qui n'entend pas pour autant les faire disparaître du petit écran.