Médias/Télé

On peut dire aux parents de ne jamais céder à la demande de leur enfant d'arrêter l'école pour suivre des cours par correspondance. Un jeune qui joue beaucoup aux jeux vidéos est peut-être honnête lorsqu'il pense aux cours par correspondance, mais l'expérience en consultations montre que ces jeunes n'arrivent pas à accrocher à ces cours. En règle générale, c'est la catastrophe. Certains continuent à vivre chez leurs parents jusque 30-35 ans, en continuant à jouer aux jeux. Cela dit, c'est la minorité.

Comment juger si un ado gros joueur est perturbé à ce niveau ?

Il est impossible de le déterminer en regardant simplement sa montre. Il existe en effet des jeunes qui ont un temps de console ou d'ordinateur limité par leurs parents, mais lorsque l'on parle avec eux, on s'aperçoit qu'une fois la machine arrêtée, ces ados continuent sans cesse à penser à leur jeu car, pour eux, le monde se réduit à leur jeu. La durée n'est donc pas l'élément unique qui permet de savoir si un jeune a une relation saine ou perturbée aux écrans. Il faut aussi prendre en compte les interactions, la manière de jouer, les attentes par rapport à la machine...

Qu'est-ce qui vous préoccupe au juste ?

Non pas qu'ils passent beaucoup de temps à jouer, car ils sont nombreux à faire leur crise d'adolescence sur les jeux vidéos, mais bien qu'ils attendent la construction d'eux-mêmes avec une machine et non avec des êtres humains. C'est le plus gros danger.