Médias/Télé

Depuis le temps qu'on l'attendait, cette bonne nouvelle est accueillie avec autant de bonheur que de soulagement du côté de la RTBF. "Cela devrait nous permettre de nous repositionner dans le domaine des archives avec un projet-pilote qui comporte des avantages pour le grand public et pour nous."

La Région wallonne, la RTBF et la Communauté française viennent en effet de créer la société Sonuma, chargée de la numérisation et de la commercialisation des archives audiovisuelles de la RTBF. Jeudi, le gouvernement wallon avait approuvé la création de cette filiale commune. La s.a. Sonuma sera dotée d'un capital de 40 millions d'euros et détenue à 50pc par la Région wallonne, 40pc par la RTBF, 10pc par la Communauté française et établie à Liège, dans les futurs nouveaux locaux de la RTBF, sur le site de Longdoz.

La RTBF apporte en capital la propriété physique de ses supports d'archives ainsi que du matériel, pour une valeur conventionnelle de 16 millions d'euros. Les apports en numéraire se montent à 20 millions pour la Région wallonne et 4 millions pour la Communauté. Les partenaires se sont aussi engagés à ce qu'une présence bruxelloise soit significative dans la représentation de la RTBF et de la Communauté au sein du Conseil d'administration de la société. Une participation financière de la Région bruxelloise au capital sera étudiée dans les prochaines semaines, a indiqué le ministre bruxellois, président de la Cocof, Benoît Cerexhe, qui siège comme ministre associé au gouvernement de la Communauté française.

La société sera chargée de numériser et valoriser les riches archives de la RTBF, toujours sous la menace du "syndrome du vinaigre", a rappelé la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan. "Un vieux problème à résoudre, pour lequel mille et une solutions ont déjà été envisagées", a commenté vendredi le ministre-Président de la Communauté et de la Région, Rudy Demotte. Une création symptomatique de l'"obsession très positive" de faire travailler ensemble Communauté française et Région wallonne.

Quant à la RTBF, elle a trouvé le renfort financier qui lui manquait, au-delà du subside annuel récurrent de la Communauté destiné à la numérisation. Les droits d'auteurs que détient la RTBF seront concédés à la nouvelle société dans la limite de leur exploitation commerciale. Les archives numérisées seront accessibles à tous mais les musées, institutions, associations d'éducation permanente, etc., auront droit à des conditions d'accès préférentielles. (D'après Belga)

La Région wallonne, la RTBF et la Communauté française viennent de créer la société Sonuma, qui sera chargée de la numérisation et de la commercialisation des archives audiovisuelles de la RTBF.

Jeudi, le gouvernement wallon avait approuvé la création de cette filiale commune, proposée par le ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt, qui a participé vendredi à la réunion du gouvernement de la Communauté française. Celui-ci a marqué officiellement son accord à la participation de la Communauté à la société.

La s.a. Sonuma sera dotée d'un capital de 40 millions d'euros et détenue à 50% par la Région wallonne, 40% par la RTBF, 10% par la Communauté française et établie à Liège, dans les futurs nouveau locaux de la RTBF, sur le site de Longdoz. La RTBF apporte en capital la propriété physique de ses supports d'archives ainsi que du matériel, pour une valeur conventionnelle de 16 millions d'euros. Les apports en numéraire se montent à 20 millions pour la Région wallonne et 4 millions pour la Communauté.

Les partenaires se sont aussi engagés à ce qu'une présence bruxelloise soit significative dans la représentation de la RTBF et de la Communauté au sein du Conseil d'administration de la société. Une participation financière de la Région bruxelloise au capital sera étudiée dans les prochaines semaines, a indiqué le ministre bruxellois, président de la Cocof, Benoît Cerexhe, qui siège comme ministre associé au gouvernement de la Communauté française.

La société sera chargée de numériser et valoriser les riches archives de la RTBF, toujours sous la menace du "syndrome du vinaigre", a rappelé la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan. "Un vieux problème à résoudre, pour lequel mille et une solutions ont déjà été envisagées", a commenté vendredi le ministre-président de la Communauté et de la Région, Rudy Demotte. Pour lui, la création de Sonuma est symptomatique de l'"obsession très positive" de faire travailler ensemble Communauté française et Région wallonne.

Quant à la RTBF, elle a ainsi trouvé un renfort financier qui lui manquait, au-delà du subside annuel récurrent de la Communauté destiné à la numérisation.

Les droits d'auteurs que détient la RTBF sur ces archives seront concédés à la nouvelle société dans la limite de leur exploitation commerciale. Les archives numérisées seront accessibles à tous mais les musées, institutions de recherche, associations d'éducation permanente, etc..., auront droit à des conditions d'accès préférentielles./.JLS/ALN

La Région wallonne, la RTBF et la Communauté française viennent de créer la société Sonuma, qui sera chargée de la numérisation et de la commercialisation des archives audiovisuelles de la RTBF.

Jeudi, le gouvernement wallon avait approuvé la création de cette filiale commune, proposée par le ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt, qui a participé vendredi à la réunion du gouvernement de la Communauté française. Celui-ci a marqué officiellement son accord à la participation de la Communauté à la société.

La s.a. Sonuma sera dotée d'un capital de 40 millions d'euros et détenue à 50% par la Région wallonne, 40% par la RTBF, 10% par la Communauté française et établie à Liège, dans les futurs nouveau locaux de la RTBF, sur le site de Longdoz. La RTBF apporte en capital la propriété physique de ses supports d'archives ainsi que du matériel, pour une valeur conventionnelle de 16 millions d'euros. Les apports en numéraire se montent à 20 millions pour la Région wallonne et 4 millions pour la Communauté.

Les partenaires se sont aussi engagés à ce qu'une présence bruxelloise soit significative dans la représentation de la RTBF et de la Communauté au sein du Conseil d'administration de la société. Une participation financière de la Région bruxelloise au capital sera étudiée dans les prochaines semaines, a indiqué le ministre bruxellois, président de la Cocof, Benoît Cerexhe, qui siège comme ministre associé au gouvernement de la Communauté française.

La société sera chargée de numériser et valoriser les riches archives de la RTBF, toujours sous la menace du "syndrome du vinaigre", a rappelé la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan. "Un vieux problème à résoudre, pour lequel mille et une solutions ont déjà été envisagées", a commenté vendredi le ministre-président de la Communauté et de la Région, Rudy Demotte. Pour lui, la création de Sonuma est symptomatique de l'"obsession très positive" de faire travailler ensemble Communauté française et Région wallonne.

Quant à la RTBF, elle a ainsi trouvé un renfort financier qui lui manquait, au-delà du subside annuel récurrent de la Communauté destiné à la numérisation.

Les droits d'auteurs que détient la RTBF sur ces archives seront concédés à la nouvelle société dans la limite de leur exploitation commerciale. Les archives numérisées seront accessibles à tous mais les musées, institutions de recherche, associations d'éducation permanente, etc..., auront droit à des conditions d'accès préférentielles./.JLS/ALN

© La Libre Belgique 2008La Libre Belgique 2008La Libre Belgique 2008