Médias/Télé Quatre parpaings dorés, voilà la moisson que pourrait récolter Sophia Aram le 13 janvier prochain sur l'antenne de Paris Première. Comme Laurence Ferrari l'an dernier, la présentatrice de l'accident industriel de l'année sur France Télévisions est nommée à quatre reprises pour les prochains Gérard de la Télévision, prix parodiques qui récompensent chaque année le meilleur du pire du P.A.F.

Peu après avoir écrit l'épitaphe de son "Jusqu'ici, tout va bien", Sophia Aram pourra peut-être déposer sur la tombe de son émission les Gérard suivants (comme toujours, les intitulés sont kilométriques) :


- "Gérard de l'émission où les chroniqueurs servent à rien, mais comme l'animateur non plus, ça se voit moins"

- "Gérard de l'accident industriel"

- "Gérard de l'animatrice"

- "Gérard de l'émission dont les concepteurs auraient peut-être dû attendre les audiences avant de lui donner un titre"


Sophia Aram n'est évidemment pas la seule "star" potentielle des Gérard, qui ne se sont pas privés pour épingler des chaines comme Canal + ou NRJ12 à travers deux récompenses particulièrement savoureuses: le Gérard de l'émission dont les producteurs se sont dit « Bon, ça fait vingt ans qu'on se la joue chaîne cool, chic et transgressive, mais on sait bien qu'en vrai on a un public de gros beaufs comme les autres, alors on y va, on invite Nabilla », où les cinq nommés sont autant de programmes de Canal +, mais aussi le Gérard du projet d'émission jeté aux chiottes par toutes les chaines, mais apparemment les canalisations débouchent chez NRJ12 où sont en concurrence les mythiques "Tellement Vrai", "Hollywood Girls", "L'île des vérités" et "Allô Nabilla".

Pour découvrir l'ensemble des autres catégories, c'est par ici que ça se passe. Et pour le verdict, il faudra attendre le 13 janvier prochain.