Médias/Télé Parti de Radio France, Frédéric Schlesinger réaffirme son engagement pour Europe 1.

Europe 1 doit redevenir elle-même et retrouver sa juste place, celle d’une radio de référence." C’est le cap fixé, en mai dernier, par Arnaud Lagardère, le nouveau président d’Europe 1. C’est la mission acceptée par Frédéric Schlesinger, vice-président directeur général d’Europe 1 depuis juillet dernier. Devant la presse invitée au Lagardère Paris Racing, le très huppé club de sport situé au cœur du Bois de Boulogne, Frédéric Schlesinger a réaffirmé l’engagement de toute l’équipe tout en soulignant le peu de temps dont il avait bénéficié pour concocter la nouvelle grille mise en place le 28 août dernier. Ce patron de radio qui a œuvré 15 ans dans le service public, participant au repositionnement de Radio France et à ses bonnes audiences en qualité de directeur des antennes et des programmes, revient ainsi à ses premières amours.

"L’audience d’Europe 1 est tombée à 7,1 % en juin. Son plus bas niveau historique", a reconnu Frédéric Schlesinger. Rejoint par le directeur des programmes et de l’antenne de France Inter, Emmanuel Perreau, et par le directeur adjoint des rédactions du "Parisien", Donat Vidal Revel, il a annoncé un nouvel habillage, une nouvelle programmation et une nouvelle répartition des publicités. De fait, les fidèles de l’antenne ont déjà eu le sentiment, très appréciable, de subir moins de pub.

Frédéric Schlesinger s’est félicité du retour de Patrick Cohen "pour relever le gant". Et pour créer cet effet bande et d’humeur déjà pratiqué dans la matinale de France Inter, il a recruté l’animateur Matthieu Noël chargé de taquiner le matinalier vedette à l’antenne de 7h à 9h30. Lequel Matthieu Noël s’est vu confier son émission, "Rien ne s’oppose à midi", à 12h. Une recette qui a fait ses preuves avec le tandem Charline Vanhoenacker-Alex Vizorek…

Il a aussi débauché Philippe Vandel qui intervenait dans "L’instant M", émission de média sur France Inter, pour lui confier "Village Médias" à 9h30. A Daphné Bürki, il a offert "Bonjour la France", à 10h, une première à la radio pour cette animatrice Canal Plus passée sur France 2. Thomas Thouroude, ex-animateur de la chaîne cryptée lui aussi recruté par France Télévisions, anime désormais "Y a pas péno !", un divertissement sur le sport à 12h. Raphaëlle Duchemin, venue de RMC reprend la case du 5h/7h précédemment occupée par Samuel Etienne.

Les voix familières de la station, celles de Nikos Aliagas, Wendy Bouchard, Anne Roumanoff et Raphaël Enthoven restent le week-end. Sans oublier Franck Ferrand, Christophe Hondelatte et Frederic Taddéi, en semaine.

Dans ce jeu de chaînes musicales, on peut déplorer l’absence de nouveaux talents inconnus du grand public, à l’instar du tandem belge qui a su redonner du souffle à France Inter. "A moyen terme, on veut gagner 9 millions d’auditeurs. On sait que ce ne sera pas facile", a reconnu avec humilité Frédéric Schlesinger.