Médias/Télé "Retour aux sources" honore la mémoire de la seule femme admise dans la Légion étrangère. La Une, 22 h 45

Pendant sept ans, de 1940 à 1947, cette Anglaise héroïque, élevée dans le Sud de la France, a fait la guerre en tant que chauffeur au sein des Forces des Français libres puis en Indochine. Un destin incroyable pour une femme incroyable, pourtant longtemps oubliée. Pour ce nouveau rendez-vous de "Retour aux sources", Elodie de Sélys raconte l’histoire de Susan Travers grâce au documentaire Susan, l’héroïne cachée de Bir Hakeim HH de Patrick Jeudy.

Sa véritable histoire commence en 1940 à Londres, à l’âge de 30 ans. Susan Tavers rêve alors d’un destin héroïque et s’engage dans les forces françaises. Acceptée en tant qu’infirmière, elle répond à l’appel de De Gaulle lorsque la France capitule. Son destin est ainsi lié à des centaines de soldats en route vers l’Afrique. Seule femme à bord, surnommée "La Miss", elle endosse les rôles de confidente, de maîtresse et de maman. Lorsqu’il s’agit soudain de tirer sur des compatriotes, De Gaulle se retire et est remplacé par le général Koenig, le grand amour de Susan Travers. Un amour né sous les bombes, alimenté par de rares moments d’intimité et le regard à distance de sa femme. Sous ses ordres, elle devient son chauffeur et connaît enfin son rêve de soldat. Envoyée en Egypte pour occuper Bir Hakeim, la légion de Koenig subit l’enfer du feu mais résiste. Lors d’un assaut suicidaire, Susan sauve la vie du général qui sera honoré. Elle ? Rien du tout.

Reconnaissance tardive

Le documentaire dévoile progressivement, à l’aide d’images d’archive et des dessins originaux de Jérémie Gasparutto, que toute trace de l’héroïne a été effacée des mémoires pour éviter qu’elle ne fasse de l’ombre à la réputation de Pierre Koenig, vainqueur de Bir Hakeim élevé au rang de Maréchal de France. Cette histoire passionnante dépeint l’aventure d’une femme en quête de reconnaissance, devenue une anonyme dans la foule après des jours à tenir dans le désert avec ses camarades. Celle qui fut la seule femme admise dans les rangs de la légendaire Légion étrangère a finalement été décorée à l’âge de 86 ans par Simone Veil. Inconnue des livres de guerre, Susan Travers est ici révélée justement. Résolue à enterrer les démons du passé, l’aventurière de Bir Hakeim a connu une reconnaissance tardive, elle qui s’est dévouée dans des métiers d’hommes.