Médias/Télé

Tous les jours à 19h20 (mais dès 18h20 sur La Deux), TF1 mise sur Demain nous appartient* pour nous rendre addicts.

C’est Telfrance, producteur de Plus Belle la Vie ou encore Candice Renoir, qui vient en force sur TF1 avec Demain nous appartient*, tous les jours, à 19h20. La chaîne voulait investir sur la fiction quotidienne d’access et a profité de l’été pour lancer ces 26 minutes quotidiennes permettant de déployer une histoire qu’elle espère « addictive ».

Entre saga familiale et série policière, Demain nous appartient - dont nous n’avons pas bien saisi le choix du titre à l’aune des 3 premiers épisodes - se laisse regarder. La photographie est soignée et la lumière de la ville de Sète semble éclairer le plateau et les tournages en extérieur. Le rythme est bon, les personnages et les intrigues plantés d’emblée, et les premiers rôles, notamment ceux d’Alexandre Brasseur et Ingrid Chauvin, bien tenus.

La série démarre par une explosion suffisamment spectaculaire pour être crédible. Et le suspens autour des raisons de la mort d’un jeune garçon ainsi que la découverte d’une femme dans le coma permettent d’établir des connections entre les personnages. Saga familiale oblige, tous les personnages semblent touchés par un secret qui a été mis sous le boisseau et qui apparaît soudain à la lumière, de manière… explosive.

Fifty Shades

Mais le risque, à terme, serait de multiplier les rebondissements et cliffhangers au risque de verser dans l’invraisemblance. En outre, l’intrigue inspirée de « 50 nuances de gris » peut prêter à sourire. Les scènes suggestives peuvent surtout gêner les plus jeunes, quand bien même cette série se veut intergénérationnelle.

Reste la grande héroïne de cette histoire, Sète, repérée par le Président de Telfrance, Guillaume de Menthon : « Après avoir rapidement identifié qu’il nous fallait un lieu en bord de mer qui ne soit pas une station balnéaire, notre choix s’est porté sur Sète, une petite ville de 40 000 habitants. Surnommée l’île singulière par Paul Valéry, Sète est une ville particulière. Située sur le mont Saint-Clair entre la mer Méditerranée et l’étang de Thau et entourée de canaux, elle nous a séduits par son aspect «coupée du monde». Sète apparaît comme la petite Venise française. De plus, elle profite d’un beau temps tout au long de l’année qui permet de bénéficier d’un ensoleillement exceptionnel. Après une période faste au 19e siècle, elle s’est éteinte doucement avec le déclin des exploitations viticoles et la décolonisation. A travers son histoire, nous retrouvons celle de beaucoup de villes françaises confrontées à la mondialisation, à un monde qui bouge et évolue et partagées entre le conservatisme et le progressisme. On y découvre des protagonistes qui croient en l’avenir et dans le monde, et d’autres qui ont un petit peu peur et se recroquevillent. Différentes classes sociales cohabitent. Sète permet ainsi de retrouver toutes les caractéristiques de la ville de tous les Français. » Comme Marseille pour Belle la Vie.