Médias/Télé Reportage Correspondante à Paris

Au menu: barbagouda (soufflé au fromage, pour les profanes), gâteau de carottes ou velouté de sorcière. Dans le petit camion jaune de "Tfou de cuisine!", tout droit sorti d’une bande dessinée, Carla, 13 ans, enseigne l’art culinaire à Grégoire, 11 ans et demi, et aux jeunes téléspectateurs de Tfou. Dans l’oreillette, le réalisateur dicte ses consignes au jeune comédien et à cette passionnée, déjà passée maître dans l’art de mitonner les petits plats.

L’émission ne sera pas diffusée avant fin février. Mais sa mise en boîte est étalée sur la durée. Les deux ados occupent leurs mercredis et leurs samedis à la préparer. Le concept est simple: Grégoire et Carla visitent à chaque fois un nouveau marché, en Ile-de-France, à la recherche d’un légume ou d’un fruit qu’ils vont devoir cuisiner, une fois de retour à la camionnette. Proposée par le producteur Jean de Vivie (Image-in), l’idée a tout de suite emporté l’adhésion de TF1. "Nous avions très envie pour Tfou d’un programme de cuisine. Nous avions vu beaucoup de projets, mais rien de très original. Nous avons été séduits par l’esprit ludique de ce projet, par ce petit camion ambulant, et par l’idée du marché et des légumes de saison", résume Coralie Boitrelle Laigle, coproductrice et conseiller artistique pour TF1 jeunesse.

Ce matin-là, Carla et Grégoire font leur marché dans le 16e arrondissement de Paris, chez le maraîcher Joël Thiébault. Son rôle est d’aider les enfants à bien choisir leurs produits, en leur livrant au passage une petite anecdote ou de nouvelles idées pour les accommoder. "Il s’agit ensuite de proposer des recettes simples, ludiques, afin que les fruits et légumes fassent saliver les enfants autant qu’un gâteau ou un bonbon", précise le producteur. Et pour mettre en scène les lingots d’asperges ou les hérissons d’artichauts qui piquent, la production a fait appel à une styliste culinaire, même si "c’est le goût qui compte avant tout". Une petite dimension écolo également avec le choix de produits si possible "locavores", c’est-à-dire cultivés près de chez soi et de saison. Mais pas question de ne proposer que du bio, "pour ne pas être discriminant sur le prix", insiste la conseillère artistique.

Quant aux recettes, elles sont proposées par Christian de Rivière, auteur de livres de cuisine. Il voit, lui, le marché, comme une "occasion de balade éducative que les enfants adorent". Si les poires en frites ou les muffins dalmatiens ne sont pas tout à fait à la hauteur des plats sophistiqués que Carla Ferrari est capable de préparer (elle a été demi-finaliste d’un concours européen de cuisine, la Cuisine Cup), elle est ravie de "pouvoir transmettre (sa) passion de la cuisine, de donner le goût à la cuisine, tout en restant naturelle".

Pour se mettre à la portée des petits, elle propose des mesures en louches, en cuillères ou en pots. Grégoire Souverain, choisi dans un casting parmi une quinzaine d’enfants, endosse avec facilité le rôle du candide. "J’aime faire rire les gens et j’apprends des choses", confie-t-il, déjà très pro face à la caméra (il a joué dans "Mon petit doigt m’a dit" ou "Big Cities").

Egalement enregistrée à proximité de marchés dégotés à Charenton-le-Pont, Milly-la-Forêt, Vincennes, ou Issy-les-Moulineaux, l’émission sera découpée en 20 modules, à raison de 5 épisodes de 5 minutes par saison. Plus globalement, "Tfou de cuisine!" est diffusée dans le cadre de l’"opération civique 2010" de Tfou. Après avoir éveillé les enfants à la paix, à la tolérance, aux droits des enfants, et à l’environnement, TF1 s’est donné comme priorité pour cette nouvelle année d’encourager l’équilibre alimentaire et l’exercice physique, par le biais de programmes courts, de quiz ou de modules éducatifs.