Médias/Télé

Des 150 mélomanes plein d'espoirs et autres artistes en devenir sélectionnés via le web en début d'émission, il ne reste désormais qu'une poignée de candidats, et chaque coach ne compte plus que trois voix sur une quinzaine parmi ses ouailles. Cette semaine, celles du duo comique Joshua affrontaient celles de Lio la tatouée. Et il ne devait donc en rester que six.

En cette heure funeste, rien de tel qu'une bande de zombies qui se dandine sur un hit du roi défunt de la pop. Joshua et son quatuor de poulains s'ébrouent en cœur sur "Thriller" mais, pourtant, point de suspense: c'est un faux départ. Chorégraphie asymétrique, moonwalk anti-dérapant, piètre copie de la veste en sky de MJ, vocalises dissonantes... Greg a beau s'emballer pour de faux au clavier, rien n'y fait. Plus forte encore que le Dr.Murray, la joyeuse bande assassine une seconde fois Bambi sans ordonnance. Objection votre honneur, Maureen a adoré! Toute de bleue vêtue, pas trop mal fagotée, certes trop enthousiaste mais de plus en plus à l'aise, la blondinette est sans doute la meilleure surprise de The Voice made in Belgium à ce stade de la compétition. Celle-ci reprend d'ailleurs et l'on entre dans le vif du sujet avec Kevin et Lubiana. Le premier, au bord de la rupture d'anévrisme il y a deux semaines au son de Rihanna, se rachète une conduite avec le remuant "I Can't Dance" de Genesis, et semble épanoui en Phil Collins à verres fumés. Lubiana, elle, nous tue en douceur sur un tube des Fugees. Un véritable meurtre qu'on endure en souffrance, au gré des fausses notes de la Bruxelloise, dont la confiance et l'arrogance finiront par être indélébiles à force d'essuyer les compliments extatiques d'un jury tout acquis à sa cause. "Vous pourriez chanter Casimir que se serait magnifique mademoiselle" s'exclame Mosimann. Lauryn Hill a appelé: elle aurait préféré.

Puis Lio et ses recrues nous emmènent sur un air connu de France Gall, dont la Belge au coquelicot n'a malheureusement jamais eu le joli grain. Du coup, on regrette presque un petit medley de la brune, du banana split aux amours solitaires en passant par les prunes. La petite Giusy, de plus en plus épatante, allait rapidement nous remettre d'aplomb. Affublée d'une chanson pas vraiment sur mesure – là où certaine, frisée et susnommée, est systématiquement servie par un choix dans sa zone de confort – et d'une robe de soirée de James Bond-girl, la demoiselle nous a décoché un brillant "Golden Eye" à faire pâlir cette bonne vieille Tina Turner. De son côté, Simon fut égal à lui-même: insipide à souhait. La coupe de Lenorman avait-elle par contre du piquant. Arborant un mulet d'un blanc étincelant digne de la troupe 1789, l'ami Gérard n'a plus une once de voix mais conserve son sens de l'humour. Cela suffit en tous cas à son fan belge n°1, Jacques Mercier, qui inonde la smart room d'un tweet jouissif en forme de « Ouiiiiiiiiiiiiiii ». Mais après la gériatrie, place aux jeunes! B.J. Scott et Vanda entrent en piste et en tandem le temps du classique "Vieille Canaille", décliné ici en mode cabaret. Un duo inégal assez insupportable au final. Ne manquait que la canaille...

Caroline n'a pas trituré son collier cette fois. Du coup, les coachs n'ont rien trouvé à redire de son "7Days", emprunté avec plus ou moins de succès au répertoire de Craig David. Si ce n'est qu'elle "arrête de fumer quand elle est stressée", dixit Lio, exemple s'il en est d'artiste à l'hygiène de vie irréprochable. La flamande Daisy poursuit sa difficile opération séduction du public francophone, et épate encore de maîtrise et de sobriété au fil de "Nothing Compares 2U". Que dire encore de Mathieu, hobbit du chant lyrique, qui persiste et signe ici une version ténor en carton du "Nothing Else Matters" de Metallica? A part qu'il exagère, qu'il s'est montré un rien trop affectueux et que Maureen est bel et bien casée.

Troublée par ces étreintes lilliputiennes, la présentatrice trébuche sur le "gland" (à défaut de clan) des Joshua et s'offre un sympathique fou rire. Une soupape nécessaire car, comme tout télé-crochet qui se respecte, The Voice Belgique nous sert un petit Jacques Brel des familles en dessert. C'est Christian qui s'y colle avec "Ne me Quitte pas". Pourtant, quelques minutes plus tard, ce dernier va débarrasser le plancher. Ses mouvements de bassin avec Jali n'auront pas suffi à faire la blague deux fois d'affilée, il est éliminé. Kevin connaîtra le même sort suite au choix de Lio qui l'éliminera en clamant "The Voice est trop petit pour toi". Rires (...)