Médias/Télé La 18e saison de Koh-Lanta apporte son lot de nouveautés. Coup d’envoi le 1er septembre, sur TF1.

Il y avait le Cambodge en début d’année. Et précédemment la Thaïlande, le Vietnam, la Malaisie, le Panama, etc. Place à présent aux îles Fidji. C’est dans le cadre paradisiaque de l’archipel de Mamacuna que les aventuriers de la 18e édition de Koh-Lanta vont devoir survivre et se montrer les plus forts… les plus futés aussi pour espérer reporter l’épreuve mythique des poteaux et, peut-être, les 100.000 euros promis au vainqueur.

Avant le premier rendez-vous à l’écran programmé le 1er septembre à 21h00, TF1 a dévoilé le casting de l’émission. Ils seront 20 à jouer les naufragés volontaires. Âgés de 19 à 57 ans, il y a 17 Français, 2 Suisses et un Belge, le doyen de l’aventure.

Les fondamentaux de l’émission à succès de la première chaîne privée française seront évidemment au rendez-vous : la survie, les épreuves, les stratégies, le bluff, etc. Mais attendez-vous aussi à une bonne dose de nouveautés, histoire de pimenter l’aventure et les soirées des téléspectateurs.

Paradis perdu

La première d’entre elles, et non des moindres, sera visible d’entrée de jeu. La 17e saison, qui s’est achevée avant l’été, avait introduit une troisième équipe. L’idée a été rangée au placard. Retour à la tradition avec un affrontement entre les rouges (les Makawa) et les jaunes (les Coravu).

Mais la surprise vient de la composition des équipes puisque TF1 annonce une confrontation entre générations. D’un côté les moins de 30 ans, de l’autre ceux qui sont plus âgés. La fougue contre l’expérience ! C’est inédit dans l’aventure.

L’autre nouveauté importante, ce sont les coffres. Au nombre de 11, ils sont cachés sur le Paradis perdu, une île à part. Ils pourraient bien changer radicalement le destin des naufragés qui les trouveront. Ils renferment des éléments qualifiés de stratégiques : des moitiés de collier d’immunité, etc. Mais pour les dénicher, deux adversaires seront amenés à collaborer, chacun disposant d’un élément complémentaire permettant de localiser les coffres en question et d’une des deux clés indispensables pour les ouvrir.

Enfin, le climat, dont on se souvient combien il a mis à rude épreuve les candidats de la 17e édition naufragés au Cambodge, devrait être plus clément. Pas de mousson à l’horizon.

Un paradis sauvage

Vu de la Belgique, les îles Fidji, c’est un peu le bout du monde. Un peu beaucoup, en fait. Situées aux antipodes, à près de 17.000 km de Bruxelles, elles se situent dans l’océan Pacifique, à l’Est de l’Australie. Elles sont entourées par les îles Tonga et Samo, ainsi que par Vanuatu et Wallis-et-Futuna, d’autres noms tout aussi exotiques.

Les Fidji se composent de 333 îles aux profils aussi paradisiaques que sauvages. Entourées d’une mer turquoise, les plages de sable blanc qui les délimitent cèdent la place à des forêts et des mangroves dès que l’on s’aventure, ne serait-ce parfois que de quelques mètres, dans les terres. Détail piquant : si l’accueil des Fidjiens est aujourd’hui des plus amical, il fut une époque où leurs ancêtres étaient redoutés pour leur cannibalisme !

Destination de vacances pour les plus fortunés et chanceux, les Fidji, au même titre que les îles Samoa et Tonga, relèvent du plus grand mystère pour la plupart d’entre nous. À l’exception des amateurs de rugby qui connaissent bien ces nations du bout du monde dont les joueurs portent avec fierté les couleurs lors de la Coupe du Monde de rugby.