Médias/Télé

Alors qu'il vient d'être retenu parmi les cinq prétendants à la présidence de France Télévisions (lire en page médias), Patrick de Carolis poursuit son petit bonhomme de chemin avec son excellent magazine Des racines et des ailes ** (France 3, 20h55). Ce soir, il nous propose un Spécial Naples depuis le palais royal de Caserte, situé à une trentaine de kilomètres de Naples.

Pendant 6 siècles, Naples fut la capitale d'un royaume. Les grandes dynasties européennes se la sont disputée: Angevins, Aragonais, Autrichiens, Bourbons. Même Napoléon a voulu la conquérir. L'unification italienne, en 1860, met fin à ce royaume. Naples perd alors son statut de capitale, mais garde en elle l'héritage de 2000 ans d'histoire.

La ville ressuscite aujourd'hui un long passé glorieux. Tout a commencé il y a 10 ans lorsque Naples doit accueillir un sommet du G 7. Un grand programme de rénovation est alors lancé pour réhabiliter aux yeux du monde l'image de la ville.

Ce combat, Attilio Wanderlingh a été le premier à l'entreprendre. Dans son café littéraire, c'est la mémoire de Naples que les clients feuillettent. Attilio Wanderlingh s'est battu pour que la place où se trouve son café redevienne un espace convivial. Depuis, d'autres grands parkings sont devenus places piétonnes, que les Napolitains se réapproprient. La municipalité, de son côté, tente d'encourager les restaurations, notamment dans le quartier espagnol construit au XVIIe siècle. Les Napolitains se redécouvrent un patrimoine classé par l'Unesco. Ainsi, des écoles «adoptent» un monument, le métro ménage les vestiges archéologiques et le gardien d'un palais oublié veille sur ses habitants.

© La Libre Belgique 2005