Médias/Télé

Le scandale sanitaire de trop, celui des implants mammaires défectueux de la firme PIP éclatait il y a un an environ. Impossible d’échapper alors à l’afflux d’informations diffusées à ce sujet dans les divers médias. De cette incroyable affaire, on avait un peu tout lu, tout vu, tout entendu.

Dans une émission spéciale intitulée "Les dangers de la chirurgie esthétique", diffusée ce soir, Caroline Fontenoy revient sur ce scandale des prothèses "low cost", sur le ton "panique parmi les porteuses".

Qu’allons-nous apprendre de nouveau sur cette saga par le biais de la présente enquête qui part à la rencontre de patientes victimes "d’un escroc, d’un apprenti sorcier, qui a injecté la mort à petit feu", mais aussi de médecins esthétiques belges et français, diversement impliqués dans ce scandale sanitaire ?

A vrai dire, des éléments précis de ce dossier à rebondissements, nous n’apprendrons rien de bien nouveau par rapport à ce qui fut déjà relayé. Que ce médecin français déclare - face caméra - que "personne ne sait si dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans , il y aura beaucoup plus de cancers du sein liés à ces prothèses" n’apporte pas grand-chose à l’histoire. Nous savons, et les victimes en premier lieu, qu’à ce jour, nous ne savons pas

Que ce gel est "peut-être une bombe à retardement" et que donc "il faut être extrêmement prudent", on l’a dit aussi.

Finalement, peut-être les déclarations qui interpellent le plus sont-elles celles de médecins belges. L’un déclarant qu’ils ne sont pas habilités à vérifier la conformité des produits implantés. Certes, ce n’est pas à eux qu’incombe cette mission, mais en tant que patient, on peut tout de même éprouver un sentiment d’insécurité à l’idée de se voir administrer des substances éventuellement dangereuses dans le corps. A ce propos, certains spécialistes reconnaissent dans le reportage avoir eu quelques doutes à l’époque quant à la qualité des prothèses incriminées, vendues à bas prix. Etonnant dès lors qu’ils n’aient pas jugé utile d’en avertir les instances responsables.

Autre déclaration surprenante - d’autant plus qu’elle se destine à être largement diffusée -, celle de ce médecin reconnaissant que des confrères - pas lui bien sûr ! - n’hésitent pas à avoir recours à des produits de piètre qualité, mettant en danger la santé de leur patient, sous la pression de certaines firmes particulièrement généreuses à leur égard

En cela, l’émission que nous propose RTL-TVI pose question sur ce grand marché de la chirurgie esthétique et ses dangers, souvent mis en évidence, alors que son succès est croissant.

Malheureusement, de ce programme de 80 minutes, nous n’avons pu visionner que quelques extraits qui ne nous permettent pas d’émettre un avis plus précis sur son intérêt réel.