Une éclaircie dans un paysage bien chargé

PHILIPPE VANDENBERGH Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

Même s'il serait exagéré d'écrire que le paysage belge, en tout cas du côté francophone, est en perpétuelle ébullition, il manquait toutefois un outil actualisé qui permette d'en faire une photographie immédiate, quasi instantanée.

Ce n'est pas un hasard si cette lacune est désormais comblée par Frédéric Antoine, aidé par toute une équipe, dans la mesure où ce sociologue et docteur en communication sociale, professeur à l'UCL où il contribue à la formation des journalistes, a déjà publié plusieurs ouvrages sur le sujet ce qui inscrit son dernier opus «Les radios et les télévisions en Belgique» dans une certaine continuité. Logique et efficace.

Ce paysage audiovisuel a en effet beaucoup changé ces vingt dernières années et tout l'intérêt de l'ouvrage est de remettre ces émergences dans leur contexte en expliquant les tenants et les aboutissants, parfois privés, souvent politiques, qui ont conduit à les retrouver sur les ondes.

L'auteur, dont nous connaissons la placidité et le sens analytique, n'en profite toutefois pas pour se lancer dans un pamphlet incendiaire ou une série de règlements de compte forcément stériles comme c'est trop souvent le quand lorsque l'on aborde la problématique délicate des médias.

JOURNALISME SPÉCIFIQUE

Avec ordre et méthode, l'auteur a divisé sa démarche en sept points qui, en s'additionnant, donnent une idée très précise du contexte dans lequel pas mal de professionnels mais aussi de téléspectateurs et d'auditeurs sont appelés à évoluer.

Frédéric Antoine qui a reçu l'aide de Frieda Saeys et Tomas Coppens pour le nord du pays situe d'emblée la radio-télévision belge entre le service au public et la loi du marché. Il aborde ensuite le contrôle de l'audiovisuel en Belgique et les mesures d'audience avant de s'intéresser à tous les opérateurs de radio et de télévision, qu'ils soient issus des domaines publics ou privés, fédéraux, régionaux ou communautaires, sans oublier nos compatriotes germanophones.

En conclusion de son ouvrage et avec l'éclairage d'Yves Thiran pour la télévision et de François Ryckmans pour la radio, il se lance dans une analyse, assez pertinente, des spécificités d'un tel journalisme qui, chez nous, échappe au vedettariat.

Une somme intéressante et pratique pour tous les professionnels de la communication et pour tous ceux qui s'y intéressent.

«Les radios et les télévisions en Belgique» par Frédéric Antoine, aux éditions Kluwer, 256 pp, 960 FB.

© La Libre Belgique 2001

PHILIPPE VANDENBERGH

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM