Médias/Télé "Open Space Invaders" sera co-écrite et interprétée par des comédiens et des humoristes issus du stand-up.

En collaboration avec Fouya Production et Flash Raccoon, Kamal Messaoudi et Lyonel Alzetta lancent une nouvelle sitcom sur la culture pop des années quatre-vingt. Tournée en studio, en live, devant un vrai public, "Open Space Invaders" fera "la part belle aux réactions, aux rires spontanés, à l’interactivité et aux applaudissements", indique l’équipe de production sur son site de crowdfunding. Quinze mille euros sont nécessaires à la réalisation du pilote. A ce stade, 6 263 euros ont été récoltés.

"Un univers dans l’univers"

"L’idée a germé il y a trois ans, poursuit Kamal Messaoudi. On voulait absolument raconter la jeunesse de deux gars dans les années quatre-vingt. Que sont devenus ces jeunes qui avaient 20, voire 25 ans à cette époque-là ? Ont-ils réalisé leurs rêves ? Ont-ils fait des compromis ? La fin des années quatre-vingt, c’est aussi le début du grand libéralisme économique avec Ronald Reagan et Margaret Thatcher et le développement fulgurant des multinationales. C’est aussi toute une pop culture qui nous a fait grandir : les ‘Goonies’, Madonna, Cyndi Lauper, ‘Ghostbusters’, ‘Arnold et Willy’ ou encore ‘Le Prince de Bel-Air’."

Co-écrite et interprétée par des comédiens et des humoristes issus du stand-up, la comédie s’inspirera "d’une esthétique très américaine", poursuit Kamal Messaoudi. "Un peu comme dans les séries ‘The Big Bang Theory’, ‘Friends’ et ‘How I met your mother’." Elle plante toutefois son décor à Bruxelles, en 1984.

En avance sur leur temps (ils avaient déjà créé AirBnB sur Minitel), Alex et Georges se lancent dans l’industrie du jeu vidéo. Leur confiance - et leur crédulité - leur vaudra de se retrouver liés avec la Core Ware Industries, une société véreuse les contraignant à des délais de livraison drastiques pour la sortie de leur nouveau jeu "Space Nerd versus Cosmic Zombies 2".

"Cet univers (celui du jeu vidéo, NdlR.), nous l’avons aussi créé. Il fait référence à la science-fiction des années cinquante qui dénonçait alors le communisme avec des invasions de fourmis rouges géantes venues de l’espace. Il y avait aussi tous ces films de genre qui étaient en fait des satires politiques à peine déguisées. Il y a donc un univers dans l’univers."

Livraisons de pizzas le soir de la diffusion des épisodes (pour certains fans choisis), continuité de l’univers à travers de multiples médiums (comics, site web, jeu de rôle, fausses pages Linkedin, fausses coupures de presse et fausses pages Wikipedia, etc.)… La série "disposera même de sa propre musique New Wave, créée en 2017 comme si elle l’avait été en 1984", reprend Kamal Messaoudi.

Impliquer le public

"On a déjà des discussions assez avancées avec des organismes de financement, des boîtes de production, des télévisions, etc., explique le cocréateur de la série. Mais le crowdfunding nous permettait de susciter l’intérêt du public avant même que la série ne naisse. C’est important de permettre au public de participer à un progrmme qui n’est pas encore fini. Leur retour peut influencer ce que va devenir la série."

Se revendiquant "comédie de situation aux personnages secondaires décalés", "Open Space Invaders" sortira les 2 geeks inventifs et loufoques de leur garage pour les voir affronter l’univers du "big business" au boss coriace. "Décalage garanti", promet l’équipe. "Cette année sera pour eux haute en rebondissements et en aventures rocambolesques."

Le créateur de la série n’est pas encore en mesure de communiquer une date de lancement. Mais le crowdfunding s’achève dans douze jours. Affaire à suivre…