Médias/Télé

Deux septembre 1991. " Une radio va naître et ça va faire mal ." C’est du moins ce qu’annonçait le spot télé il y a 20 ans (rappelez-vous ce bébé boudeur sur RTL-TVI). Et reconnaissons qu’il n’avait pas tout à fait tort, puisque Bel RTL, la radio en question, se maintient sur la première marche du podium des radios les plus écoutées en Communauté française depuis sa création ce fameux jour de l’année 1991.

"Jean-Charles de Keyser, directeur général de RTL-TVI à l’époque, s’est tout simplement demandé pourquoi la chaîne ne lancerait pas une radio", explique l’animateur Bel RTL Christian de Paepe. L’objectif ? "En faire un outil de promotion (pour la chaîne télé, NdlR) et de diversification". En 1991, seule Radio Contact (première radio libre belge) pouvait offrir une alternative crédible au service public de la RTBF. "Elle ne faisait pas encore partie du giron RTL, c’était une radio indépendante créée par Francis Lemeer", précise l’animateur.

Radio Contact s’étant clairement positionnée sur le créneau musical, il était donc primordial pour RTL-TVI de mettre sur pied une stratégie offensive, proche de celle développée par sa grande sœur française RTL, " soit le music&news". "Nous voulions offrir un programme d’info crédible. Et nous le pouvions, surtout avec les envoyés spéciaux de RTL France et l’équipe de journalistes basés à Paris." La collaboration franco-belge s’est d’ailleurs poursuivie jusque dans le divertissement avec la retransmission des émissions française "Les Grosses Têtes" (de Philippe Bouvard) et les émissions nocturnes de Georges Lang.

Bel RTL s’inspirera également d’une autre stratégie de sa consœur française : "mobiliser ses vedettes télé". Dès lors, Alain Simons, Eddy de Wilde, David Oxley, Jacques van den Biggelaar, Hervé Meillon, Pascal Vrebos, Frédéric Bastien, Christophe Giltey, Pierre Joye (qui ouvrait d’ailleurs l’antenne il y a 20 ans) et enfin, Christian de Paepe, animeront l’antenne. "Je pense que nous avons également été précurseurs en matière de proximité. Aujourd’hui, on ne parle que de ça, mais c’était notre ADN dès le départ. Il fallait que les auditeurs s’identifient au produit, qu’ils se l’approprient, qu’ils disent "ma radio " pour évoquer Bel RTL." Musique, info, vedettes télé, divertissement et proximité, les mots sont lâchés !

"Les grandes lignes définies, il ne restait plus qu’à trouver un réseau pour émettre. Car à l’époque, on ne pouvait pas obtenir un réseau comme ça." Or, il s’avère que, par un heureux concours de circonstance, le premier réseau belge (basé sur une dizaine d’émetteurs locaux installés dans toute la Belgique) était détenu par le groupe Rossel, lui-même actionnaire de la chaîne RTL-TVI. "Bel RTL s’est donc installée sur RFM."

C’est le patron d’une radio régionale à l’origine du réseau RFM, Francis Goffin (aujourd’hui directeur des radios de la RTBF !) qui prendra la tête des opérations et deviendra le premier directeur général de la radio. "Depuis, Jean-Jacques Deleeuw et finalement Eric Adelbrecht ont pris la relève. Ils ont chacun apporté leur marque personnelle. Jean-Jacques Deleeuw a par exemple renforcé la proximité et Eric, le service. Mais nous avons gardé notre ligne conductrice."

Ce 2 septembre, ce sera donc la majorité des magazines ("Beau fixe", "Le plus ou le moins", "Ma semaine avec", etc.) qui sera mobilisée pour fêter la radio comme il se doit. Avec, en tête d’affiche, un spécial "Grosses Têtes" 100 % belge. Sans oublier le podium spécial RTL le 17 septembre aux Fêtes de Wallonie et les 20 000 euros du concours spécialement organisé pour l’occasion.