Médias/Télé

ENTRETIEN

Pas de défilé du 14 juillet, ce vendredi, pour le Français Yves Bigot, nouveau directeur des antennes de la RTBF, mais la présentation des grilles de rentrée télé de La une et de La deux. Un exercice réalisé, dans le ton: en bon ordre et à un rythme soutenu...

«Pas de disparition, juste des transformations» note-t-il assez détendu. «Ces modifications visent à optimiser et à assumer pleinement notre nature de service public» insiste Yves Bigot. Ce qui se traduira par «plus d'infos, de débats et d'interactivité et aussi plus d'investissement dans la culture et la création».

Rendez-vous d'info

Objectif visé: des rendez-vous fixes structurés autour de l' information. Des changements qui seront progressivement mis en place entre le 28 août et le 9 septembre. Premier sur la liste: le «journal de la mi-journée», le rendez-vous est désormais fixé à 13h. «Question de clarté, précise en souriant Yves Bigot, et pas de préparer une quelconque transhumance du 19h30...»

De 18h30 à 20h, nouvelle tranche d'info avec un mini-JT (présenté par le journaliste du «12 minutes» ?), suivi d'un «Au quotidien» plus long et du JT de 19h30. Le JT gestuel de La deux sera par ailleurs désynchronisé et diffusé à 19h50, afin de «rendre service à ceux qui ont raté le début et d'éviter ainsi l'alignement parfait des écrans de pub, véritables machines à zapper».

Le «12 minutes» reste sur La deux mais voit sa durée figée et son démarrage définitivement fixé à 22h30, afin de permettre des rendez-vous culturels fixes à 22h45, soit une «vraie deuxième partie de soirée».

Exit le pivot en semaine

La soirée débutera «invariablement à 20h15, du lundi au jeudi, et à 20h45 du vendredi au dimanche». Exit donc les déclinaisons pourtant très appréciées de «C'est la vie» au profit d'une clarification de la grille. «Ce n'est pas un désaveu de l'équipe, je le leur ai bien dit et répété; d'ailleurs, de nouvelles missions leur ont été confiées.» La bimensuelle «C'est la vie en +», que l'on connaît déjà, mais aussi un nouveau 52 minutes mensuel, nom de code «C'est la vie en immersion». Enfin, c'est aussi l'équipe de Georges Huercano qui se verra confier le nouveau débat du lundi soir sur des thèmes de société; nom de travail «Opinion publique».

Pourquoi ce revirement concernant les pivots (20h15- 20h45) de début de soirée? Une question qui, avec celle du JT de 19h30, l'a «beaucoup occupé» depuis son arrivée en avril dernier à la RTBF.

«La théorie des pivots était bonne, mais il faut constater que cela ne fonctionne que lorsqu'on est la chaîne leader et qu'on dispose des produits les plus attractifs. La meilleure preuve en est que lorsqu'on a lancé «Questions à la une» et «Septième ciel Belgique», on l'a fait à 20h20. Aujourd'hui nous ne disposons pas des programmes (films et séries) les plus puissants - je n'ai pas dit «les meilleurs», insiste-t-il avec force - et nous ne sommes pas la chaîne leader. Plus, on l'admettra et plus on aura de chance de reconquérir cette position!»

Corollaire de cette décision: la construction de soirées plus «thématiques» (même esprit, même type de public) afin d'emmener le public d'un bout à l'autre de la soirée. «On ne peut plus se permettre de laisser le prime time se terminer comme aujourd'hui dans la pampa.»

Une thématisation qui veut par exemple que la nouvelle émission politique («un vrai rendez-vous bimensuel proposé en alternance avec «C'est la vie en +») s'inscrive dans la foulée de «Questions à la une» le mercredi, après le 8 octobre. Avant cela, six émissions spéciales consacrées aux élections communales seront proposées en direct de différentes villes du pays par le tandem Druitte - De Brigode.

«GpiG» le nouveau divertissement du mardi qui verra des «people» confrontés à diverses expériences scientifiques sera présenté par Thomas Van Hamme tandis que le vendredi deviendra le jour des rencontres exceptionnelles, notamment d'artistes belges francophones.

La deux et Arte

Autre postulat: «faire en sorte que La une et La deux proposent les programmes les plus diversifiés possible.» Renforcée et ciblée, La deux s'affirmera «plus jeune et plus féminine» en journée, le début de soirée étant dévolu aux programmes «tous publics» et la seconde partie de soirée à la culture. Le sport sera réparti sur les deux chaînes afin de moins briser les grilles au fil des événements majeurs repris dans «le portefeuille sportif» ertébéen.

Enfin, la fin septembre verra la concrétisation du partenariat Arte-Belgique. Avec, notamment, un talk-show quotidien mené par Eric Russon en direct (le plus souvent) de Flagey. Invités et chroniqueurs animeront cette demi-heure dévolue à toutes les disciplines culturelles. (Production conjointe de Patrick Paulo en partenariat avec FDP et Scramble). Talk-show qui sera rediffusé sur la une.

«En terme de programmes et de divertissements, on devrait voir davantage de choses émerger en 2007 » concède Yves Bigot, beaucoup de commandes antérieures courant jusque fin 2006.

© La Libre Belgique 2006