Médias/Télé

Prière de déménager». C'est l'avis que le rédacteur en chef adjoint de «La Libre» a trouvé sur son bureau ce lundi. C'est qu'on avait affaire à un cas de force majeure: une équipe de télévision devait investir ses meubles, pour y tourner quelques scènes du téléfilm «La torpille», réalisé pour RTL-TVI et France 2 par Luc Boland.

De ce jeune réalisateur, on se souvient particulièrement du film «Les sirènes de la nuit», où Roland Magdane faisait montre des talents dramatiques surprenants, alors qu'il nous a davantage habitué à le voir évoluer dans le registre du rire.

TORPILLE MOUILLEE

Au rire, précisément, on y revient avec «La torpille», qui évoluera dans le milieu des entreprises. De la finance plus précisément, où un grand groupe veut supprimer une de ses filiales de Province. Pour ce faire, elle parachuter à la tête de la petite société une «torpille», en la personne de Catherine Jacob, dont l'incompétence devrait précipiter la chute de l'entreprise.« Hélas

», narre Luc Boland, « celle-ci va montrer plus de talent que prévu et son enthousiasme contrecarre le plan élaboré ». La «torpille» sera même à l'initiative de plusieurs projets. Comme, on y arrive, de faire le tour des rédactions des magazines de mode pour y présenter un produit qu'on avait relégué aux oubliettes plusieurs années auparavant.

C'est là que «La Libre» intervient, modestement, prêtant ses murs et, furtivement, ses visages à l'action. D'autres lieux de tournage sont évidemment prévus, exclusivement à Bruxelles: à l'avenue Louise dans une agence de pub, à Uccle, à la rue Royale, ainsi qu'au château de Grand-Bigard. «C'est une des spécificités qui m'a plu dans le scénario. Normalement, on est confiné dans un ou deux lieux. Ici, on a la possibilité de se promener un peu partout à Bruxelles».

Côté casting, mis à part la présence de Catherine Jacob, les rôles se partagent entre comédiens français, au rang desquels Pierre Cassignard et Pierre Géranio, et comédiens belges: Muriel Jacobs, Nicole Shirer, le jeune Aurélien Ringelheim (aperçu dans le «Nana» de Molinaro) ou encore Alexandre Von Sivers «dans un rôle à la Durand et Durand très drôle», selon l'aveu de Luc Boland.

Bouclé autour du 3 décembre, le téléfilm devrait être diffusé sur RTL-TVI en juin 2002.

© La Libre Belgique 2001