Médias/Télé

Mercredi dernier, le conseil d'administration de la RTBF approuvait massivement le plan Magellan de modernisation de la radio-télévision de service public. Avec, toutefois, un gros point d'interrogation: comment la RTBF, exsangue financièrement, va-t-elle s'y prendre pour financer son plan de redéploiement, dont un ambitieux volet `investissements´ - remise à niveau technologique et acquisitions ou rénovations immobilières - évalué à 135 millions d'euros sur cinq ans? A cette question, Jean-Paul Philippot, administrateur général, est resté très évasif.

Exigences wallonnes

Conscient de l'impossibilité de la Communauté française, principal bailleur de fond de la RTBF, d'aller au-delà de son apport actuel, M.Philippot a indiqué qu'il irait frapper à la porte d'autres partenaires publics. En ligne de mire du patron de la RTBF: la Région wallonne.

Quelle est l'attitude de la Région à cet appel du pied? Contacté vendredi, Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS), ministre-président du gouvernement wallon, nous a livré sa réaction -ITALIQUE]`à titre personnel´ - sur l'éventualité d'un apport financier de la Région à la RTBF.

`Je suis ouvert à mener ce débat. Dans la mesure où il en va du développement économique et de l'image de marque de la Wallonie, la Région pourrait envisager de contribuer à l'effort d'investissement envisagé par le plan Magellan, à tout le moins pour son volet immobilier (ndlr: 75 millions d'euros) ´, affirme M.Van Cauwenberghe.

Ce soutien wallon aurait toutefois un prix... `Nous souhaitons le maintien d'outils de production, d'emplois et d'expériences professionnelles au sein des centres régionaux existants. Il ne faudrait pas que les moyens techniques et humains des centres wallons de la RTBF s'inscrivent en régression et que le plan se traduise par une recentralisation sur Bruxelles. Mais, sur ce point, j'ai eu des assurances´, explique le ministre-président wallon, lequel a eu des contacts avec Jean-Paul Philippot.

D'autre part, Van Cau exige le maintien en Wallonie de rédactions fortes, d'une capacité de production d'informations et de responsabilités éditoriales. Face à la (re) localisation à Bruxelles du pôle information de la RTBF, M.Van Cauwenberghe plaide pour qu'une responsabilité éditoriale régionale soit maintenue en Wallonie. `Il ne faudrait pas que l'actualité régionale soit pilotée depuis Bruxelles. Le Bus des régions, en particulier, devrait continuer à dépendre d'une responsabilité éditoriale régionale. Je plaide aussi pour que l'unité des programmes sportifs soit implantée dans un des centres wallons de la RTBF´.

Réplique de Mons...

Parallèlement à cette prise de position, on a enregistré, vendredi, la réplique du personnel de la RTBF-Hainaut aux critiques virulentes adressées, dans nos colonnes, par des responsables de Musique 3 (dont le personnel devra, dans le courant 2003, migrer vers la cité du Doudou). Le centre montois clame notamment qu'il est inexact de `dire que les équipements techniques du Centre de Mons ne sont pas à la hauteur des impératifs d'une radio moderne. De même, nous pensons que le nombre de studios disponibles à Mons est parfaitement suffisant pour remplir les obligations professionnelles liées à la production et à la diffusion de deux chaînes de radio´. Et le personnel montois de conclure: `Le plan Magellan touche tout le personnel, y compris celui du Centre de Mons. Une solidarité et une vue d'ensemble doivent être recherchées dans un esprit constructif´.

© La Libre Belgique 2002