Médias/Télé Yann Moix a maintenu ses propos sur les ondes d'Europe 1 et a même été plus loin dans ses déclarations.

L'écrivain et chroniqueur français Yann Moix n'en finit pas de faire parler de lui. Ce samedi 22 septembre, sur C8, il a provoqué l'ire des policiers et du gouvernement français. En cause, ses déclarations en cours d'émission.

Pour Yann Moix, les policiers “chient dans leur froc” et “n’ont pas les couilles d’aller dans des endroits dangereux”. De quoi faire bondir plusieurs syndicats de police français dont certains ont d’ailleurs déjà saisi le CSA, le conseil supérieur de l’audiovisuel.

Chez nous aussi, l’écrivain a énervé plus d’un policier. “Cet individu a des déclarations ridicules et insultantes”, s’était exclamé Thierry Belin, secrétaire national du SNPS, à la Dernière Heure/Les Sports, avant d’ajouter que les “policiers belges n’ont pas peur des malfrats mais des dirigeants politiques et de la justice”.

“Un policier qui intervient sur un terrain sensible risque aujourd’hui plus que jamais d’être sanctionné disciplinairement !”.

Un comportement "barbare et criminel"

Le polémiste invité dimanche dans le Grand journal du soir sur Europe 1, ne s'est nullement excusé et a même remis de l'huile sur le feu. Un syndicaliste d'Alternative-Police-CFDT l'avait enjoint à accompagner les forces de l'ordre sur le terrain afin de voir le travail effectué de ses propres yeux. Yann Moix a donc tenu à répondre à cette "proposition". "Vous savez, j'ai passé un an à Calais, à voir comment les policiers se comportent de manière barbare et criminelle face à des migrants complètement innocents et bien souvent inoffensifs. Et maintenant, je ne parle plus de ça", a-t-il rétorqué.

Le syndicaliste avait également qualifié le vocabulaire de Yann Moix de "vulgaire et charretier", ce à quoi l'écrivain a répondu, non sans ironie: "Étant ancien officier de gendarmerie, je salue ce monsieur et je trouve sa haine à l’égard des charretiers complètement disproportionnée."


Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb avait également condamné les propos "anti-flics" du chroniqueur de l'émission "On n'est pas couché", en affirmant que ce dernier était "grossier sur la forme, indécent sur le fond". "La grossièreté et l’indécence de Gérard Collomb, je ne les ai jamais vues dans ses paroles", a répondu le polémiste, au micro de Philippe Vandel.

Le syndicat français Alternative-Police-CFDT a annoncé qu'il portera plainte dans la journée ce lundi 24 septembre.