Musique / Festivals

Tel un véritable raz-de-marée, le streaming bouleverse l’industrie musicale et culturelle. Si l’on en croit les chiffres, ce serait même un eldorado. La semaine dernière, la BEA Music (Belgian Entertainment Association), au sein de laquelle sont réunis producteurs et distributeurs, a dévoilé les siens pour le premier semestre 2016. En Belgique, le chiffre d’affaires du streaming payant s’est envolé de 82 % alors que les ventes de CD ont baissé de 13 % et celles du téléchargement légal ont diminué de 17 %. Et si chez nous le CD reste le support qui génère le plus de revenus tandis que l’écoute de musique en ligne représente 20 % des parts de ventes, aux Etats-Unis - le plus grand marché du monde - le streaming a dépassé les ventes d’albums physiques et par téléchargement dès l’an dernier.

Equité et diversité

Si les utilisateurs sont séduits par la musique en ligne, les artistes y sont plus réticents. Ils sont nombreux, et non des moindres, à juger être trop peu rémunérés et de façon inéquitable (lire ci-contre). Sur des plateformes comme Spotify ou Deezer, chaque écoute d’un titre rapporte à l’artiste environ 0,004 €.

(...)