Musique / Festivals

"Je n’ai pas envie de prolonger de manière indépendante…"

Parfois, certaines questions offrent d’étranges réponses. Pour conclure notre interview, nous interrogions Alain Chamfort sur la pochette de son dernier disque. Une photo de lui façon puzzle, dont une pièce est manquante. Nous lui demandions si elle était perdue ou pas encore réalisée. L’occasion pour le chanteur d’aborder l’épineux sujet des labels/majors, son cheval de bataille et son épine dans le pied depuis son éviction par EMI, en 2003 (cf. le clip qu'il avait alors réalisé, ci-dessous).


Jusque-là serein, l’homme sonne soudain plus incertain, voire un brin désillusionné.

"Parfois, les choses s’imposent, se font inconsciemment, et on y voit un sens après coup […] Je suis en contrat avec PiaS pour le moment, mais notre lien se termine avec la sortie de cet album. Je ne sais pas ce qu’il en adviendra, si l’accord se prolongera… Mais j’ai arrêté de faire des plans sur la comète. Si les choses se passent de sorte que l’on décide réciproquement de poursuivre, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, je n’aurais plus de maison de disques. Et là, je ne sais pas ce qui se passera, parce que je n’ai pas forcément envie de prolonger de manière indépendante. De me retrouver à devoir, au-delà de créer, gérer la logistique et ce travail fastidieux en principe réservé aux labels… On s’aperçoit vite qu’au regard d’un tas de gens, et notamment des médias, le soutien disparaît dès lors qu’on se situe en zone un peu alternative… Puis s’écroule l’économique, et l’on s’évapore très vite, face à la concurrence et à ces autres musiques défendues et relayées par ces mêmes médias."

> Découvrez cette interview dans son intégralité ici.

> 1CD (PiaS Le Label). En concert le 22 décembre au Théâtre de Namur et le 23 mai 2019 au Centre culturel de Woluwe-Saint-Pierre (W : Halll).