Musique / Festivals Trois titres et puis s’en va. La pop star du 21e siècle a envoyé les clubbeurs bruxellois sur la planète Mars mais durant cinq petites minutes seulement.

Les fêtards de l’avenue Louise à Bruxelles l’attendaient comme le Messie mais le dieu de la pop n’aura livré qu’un petit show de 5 minutes top chrono. Coiffé d’un bonnet rouge et affublé de ses éternelles lunettes de soleil, le showman aux 130 millions d’albums vendus avait promis de venir faire la fête dans la capitale belge et il l’a fait! Bière spéciale belge à la main, le chanteur hawaïen de 32 ans est passé furtivement sur la scène du Bloody Louis mais a attiré du monde -on y a notamment croisé le rappeur Caballero ou encore la chanteuse Typh Barrow parmi les invités VIP- lors de son after party qui faisait suite à son concert énergique de Werchter Boutique. 
 
Vers 3 heures du matin, Bruno Mars fait une entrée fracassante sur scène -feux d’artifices à l’appui- sur son dernier tube 24K Magic avant d’enchaîner sur That’s What I Like et un final sur Locked Out Of Haven. Foule en délire et une panoplie de smartphones dégainés encore plus vite que leur ombre pour immortaliser ce moment unique en Belgique. 

Car peu de personne y croyait mais le Bloody Louis l’a réalisé. Après Drake en mars 2017, la boîte de nuit bruxelloise a réussi l’impossible: faire venir Peter Gele Bayot Hernandez (de son vrai nom) dans ses murs. Un joli coup, même si beaucoup de clubbeurs restaient un peu sur leur faim. « On pensait le voir un peu plus, il a expédié son passage..., déplore une fan, qui soupçonnait aussi un play-back, à la sortie. Mais c’était magique de le voir ici en vrai! » Le temps de 5 minuscules minutes, les habitués du Bloody Louis auront donc vécu sur une autre planète. À savoir celle de (Bruno) Mars.