Musique / Festivals

La crème des DJ's techno défilera à Dour, Tomorrowland et Pukkelpop tout au long de l'été. Mais tout ce petit monde vient d'abord se chauffer aux Pays-Bas, au festival Awakenings, durant tout le week-end. Morceaux choisis.

Top : Une plaine au gigantisme relatif

Tomorrowland est sans doute le festival le plus populaire d'Europe, mais Awakenings (Pays-Bas) et Time Warp (Allemagne) ont un historique nettement plus conséquent. Tous deux peuvent se targuer d'avoir lancé bien avant leurs concurrents la mode des festivals techno à la scénographie fantasmagorique. En débarquant dans le parc de Spaarnwoude, en début d'après-midi, nous sommes donc relativement déçus. Les quatre scènes "ouvertes" sont moins impressionnantes que nous l'avions imaginé. On est assez loin de la Main stage monstrueuse de notre Tomorrowland national. Mais cela révèle un certain état d'esprit : la musique prime sur le décor. Le festival est immense, mais conçu comme un gigantesque club aux multiples travées, et non un parc d'attractions. Vide, le lieu est décevant, quand les beats arrivent… il prend une autre ampleur.

© Photo-company.nl

Top: le Made in Holland

"Le Néerlandais consomme local", le dicton est bien connu et le cliché assumé. Sur le coup de 14h, la scène "B" sur laquelle se produit le Suisse Patrice Bäumel est pratiquement déserte. Il semblerait que la majeure partie de l'assistance soit rassemblée quelques centaines de mètres plus loin, devant la scène "V", où le local Bart Skils assène à coups de marteau une techno aussi basique qu'efficace. Les pectos et les mini-shorts sont de sortie, les bas résille sont presque classe, et l'assistance s'en donne légitimement à cœur joie. Le chic est mort, vive l'esprit de communauté qui s'empare de la foule.

Top Henrick Schwarz et KinK

Les grands festivals de techno ont un point faible. Après quelques heures, le festivalier se perd rapidement dans une avalanche de basses qui lui donnent l'impression d'être emmuré. Mais Awakenings peut compter sur un petit génie - "KinK" - élu meilleur DJ de l'année pour son approche éducative de la musique électronique. Aligné en B2B avec le Henrik Schwarz, le Bulgare transporte la techno un cran plus loin. Fini les "crasses basses", l'homme montre au public chaque mouvement, chaque son, et livre le meilleur set de ce début de journée.

Il ne nous reste plus qu'à aller voir Marcel Dettman, Maceo Plex, Pan-Pot et le légendaire Carl Cox.

© D.R.
© D.R.