Musique / Festivals

Sans trompette ni tambour, Beck Hansen publiait vendredi dernier "Colors", 13e album d'une carrière exponentielle, enregistré entre 2013 et 2017 et quasiment promis depuis deux ans. Un retard non justifié mais qui eut comme sympathique conséquence de voir successivement dévoilés sur la toile quatre des nouveaux singles colorés. Soit quasiment la moitié de la plaque.


Il y eut d'abord "Wow" et "Dreams", deux titres aux atours hautement pop (à l'instar de l'ensemble du disque après autopsie) et à base électronique, dont le premier renvoie aux amours hip hop de l'auteur, et le second à ses envies de déhanchés funkys. Puis ce fut au tour de "Dear Life", tube synthétique enjoué, traversé d'un fil de piano jazzy et électrisé par quelques guitares un tantinet rock'n'roll. Plus récemment encore, nous découvrions "Up All Night" et ses saveurs électro-pop un peu fadasses. Enfin, la veille de la sortie tant attendue, Beck offrait un clip au morceau-titre, "Colors", sorte de pot-pourri de bruit (et d'images) sans trop de mélodie qui nous laisse circonspects.


Nous découvrions donc les cinq dernières plages et n'en retenions que deux, pas vraiment pour de bonnes raisons. "No Distraction" d'abord, sorte de petit galop poppy qui sonne comme du Phoenix paresseux, et l'ultime "Fix Me" qui dénote en bout de piste, étonnement calme après toute cette excitation.


On est loin, très loin, du spleen matinal apaisé de "Morning Phase", qui valait en 2014 un Grammy d'album de l'année au musicien américain et une petite humiliation publique aux bons soins de Kanye West (qui avait fait scandale car il estimait que ladite récompense aurait dû revenir à sa pote Beyoncé). Après trois décennies marquées par une constante volonté d'innover et de se réinventer, à 47 printemps, Beck revient donc à des tonalités plus légères et joyeuses. Sans trop se fouler. Ou alors en étant pour la première fois de sa carrière un peu vieux et largué. Ce "Colors" un peu criard, c'est avec le concours du producteur Greg Kurstin – jadis aux claviers sur la tournée "Sea Change" (2002) et depuis orfèvre des succès populaires de Sia, Kesha, Adele ou encore Foster The People – qu'il l'a réalisé. CQFD ?