Bertrand Cantat fait l'événement aux Eurockéennes

AFP Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals Le retour dans un grand festival rock de Bertrand Cantat, invité à monter sur scène par le duo malien Amadou et Mariam, a marqué vendredi la première soirée des Eurockéennes de Belfort, devant quelque 25.000 festivaliers hystériques.

Sur le programme officiel du festival, c'est bien le duo malien qui était annoncé, avec comme "invité" - comme le précisait une discrète mention - Bertrand Cantat, qui a participé à plusieurs chansons de leur nouvel album, Folila, sorti en mars.

Le chanteur de 48 ans a toutefois accompagné pendant la majeure partie du concert, avec ses notes blues et rock et sa puissante voix, les rythmes africains d'Amadou et Mariam.

Jusqu'à ce que, en fin de concert, Amadou lui laisse les rênes pour le dernier morceau. "Ce soir les Eurockéennes vont être confiées à Bertrand Cantat. Il va nous emmener dans un autre monde", a-t-il lancé.

D'une présence discrète au début du concert, Cantat a alors fini par s'emparer de la scène pour électriser le public par une reprise endiablée de "Whole lotta love" de Led Zeppelin. Il a pris de l'aisance au fur et à mesure des titres, se laissant aller à quelques pas de danse.

Vêtu simplement, d'un jeans et t-shirt noir, le Bordelais n'a pas adressé un mot au public, si ce n'est un "merci beaucoup" murmuré, et s'est contenté de saluer sobrement, les deux mains jointes, lorsque la foule a acclamé son nom.

Bertrand Cantat, comme Amadou et Mariam, entretient un lien fort avec le festival belfortain. Noir Désir avait participé à sa première édition, en 1989, puis y était revenu à plusieurs reprises. Les Maliens, de leur côté, reviennent pour la 4e fois sur la presqu'île du Malsaucy.

"Après l'enregistrement de notre album, nous avons eu envie de faire venir Bertrand Cantat avec nous en live", avait confié Amadou un peu plus tôt lors d'une conférence de presse à laquelle ne participait pas Cantat.

Pour Mariam, l'ancien chanteur de Noir Désir est "une superbe rencontre, faite à Bordeaux". "Sa voix est très belle, nous l'aimons beaucoup", dit-elle.

"Nous avons choisi Belfort car c'est un grand festival de rock et le public des Eurockéennes est très réceptif à ce genre de projet, de rencontre", a ajouté Amadou.

Bertrand Cantat et les deux Maliens, qui n'avaient pas retravaillé ensemble depuis l'enregistrement de l'album, ont passé une semaine en résidence à Belfort pour préparer cet événement. Ce concert a valeur de test, et d'autres festivals pourraient être intéressés, ont indiqué les organisateurs.

En mai, le directeur des Eurockéennes, Jean-Paul Roland, avait indiqué que le passé criminel de Bertrand Cantat n'avait pas suscité "l'ombre d'une controverse" dans l'optique de sa venue à Belfort. L'intéressé avait lui-même expliqué, dans une interview parue dans la presse régionale : "si je rentre dans ces considérations, je ne fais rien. Je ne veux choquer personne, mais simplement faire ce que j'ai à faire".

Bertrand Cantat a été condamné à huit ans de prison en Lituanie pour avoir frappé mortellement en 2003 sa compagne, l'actrice Marie Trintignant. Il a retrouvé la liberté en 2007. Il a depuis fait quelques apparitions sur scène et participé à divers albums.

Publicité clickBoxBanner