Musique / Festivals

La bulle hip hop continue de grandir et change ses habitudes. Autrefois, un rappeur comme Booba ne prenait pas la peine de faire la moindre escale en festival. Désormais, le Duc de Boulogne comme les autres charbonne au pied des tentes durant la période estivale. L’an dernier, il était sur la grande scène des Ardentes liégeoises. Ce mois de juillet, il gratifiera de sa présence le Dour Festival (le jeudi 12 juillet) et sera, à Charleville-Mézières, la tête d’affiche (exclu française) d’un Cabaret Vert à la nouvelle identité très urbaine.

© JC Guillaume

Autre habitude des emcees du Vieux Continent, plus ancienne elle, et héritée de leurs homologues d’Outre-Atlantique, la pratique du showcase en club et en nocturne est désormais monnaie courante. Des visites souvent brèves (comptez 4 ou 5 morceaux) et toujours très tardives (n’espérez pas voir le héros avant 2h/3h) qui brassent chaque fois des centaines de curieux en file indienne sur le bitume à l’entrée de discothèques aux atours hip hop.


C’est le Bloody Louis qui devait initialement accueillir Booba ce vendredi 16 février. Mais quelques bruissements mécontents et menaces de débordements ont fait paniquer les politiques d’Ixelles qui ont préféré enjoindre l’établissement d’annuler son événement (pourtant sold out). Ironie du sort ou absurdité belgo-belge, la fête a été déplacée et le taulier du rap français finalement convié au Birdy, club du même acabit basé à 1000-Bruxelles, à 450 mètres du Bloody.

Infos&réservations sur le site internet du Birdy