Musique / Festivals
La chanteuse américaine Britney Spears est de retour sous nos latitudes mercredi.

C’est ce qu’on appelle un concert-événement. Ça l’est du moins pour toute une génération, baignée par la pop de la fin des nineties et la FM des premières années 2000. Ce mercredi 15 août, le palais des sports anversois accueillera une gigantesque star. Une vedette d’Oncle Sam que l’on avait un peu perdue de vue et que l’on ne pensait plus revoir. Britney - avec elle le prénom suffit - et son "Piece of Me World Tour" débarque en Belgique pour un show rutilant le temps d’un seul et unique soir.

Fille de l’automne, Britney Jean Spears naquit le 2 décembre 1981 dans un hôpital de McComb de l’Etat du Mississippi, d’une maman jadis institutrice et d’un paternel cador de l’immobilier. Enfant-star, c’est aux bons soins du souriceau aux grandes oreilles qu’elle entre dans la lumière et fait ses premières gammes cathodiques, animatrice à la tête blonde du Mickey Mouse Club dès son plus jeune âge. Très vite, la célébrité est au rendez-vous et la carrière de la demoiselle est pour le moins exponentielle.

"L’écolière"

Ses rêves de gloire, Britney les réalise bien avant d’atteindre sa majorité. Nous sommes en octobre 1998 quand sort le single "Baby One More Time". Et le monde entier découvre alors la nouvelle star dans ce clip devenu légendaire, où la demoiselle se dandine dans les couloirs du lycée habillée en écolière sexy. Ledit morceau est extrait de l’album introducteur de l’Américaine (30 millions vendus) et demeure aujourd’hui l’un des singles les plus vendus au monde (10 millions écoulés).


"Ce morceau parle du stress que tous les adolescents peuvent ressentir. Je savais que c’était une bonne chanson…", confiait-elle à nos confrères britanniques du "Guardian" il y a peu. Bien vu Britney. Une histoire de cœur de beurre et d’adolescents en fleur dont, pour l’anecdote, le titre fut modifié par la maison de disques par peur d’encourager aux violences conjugales ("Hit me baby one more time" signifiant ici "appelle-moi", mais littéralement "frappe-moi"). Elle fut à la base écrite par le producteur suédois à succès Max Martin pour le groupe r’n’b/pop TLC, puis déclinée par la chanteuse Robyn, avant d’être la clé du succès de miss Spears. Ce titre aura vingt ans dans quelques mois, et ça ne nous rajeunit pas.

Car, en définitive, est-ce que les ados d’aujourd’hui ont déjà entendu parler de Britney ? Pas sûr… D’autant que ces dernières années furent discrètes et celles d’avant pour le moins compliquées. Outre ses activités musicales, de chanteuse, auteure-compositrice-interprète et danseuse, ses tentatives en tant qu’actrice ("Crossroads", "Austin Powers", etc.) et son statut, lui, indiscutable de femme d’affaires, on l’aperçut quelques fois à la télévision. Dans une télé-réalité éphémère notamment, "Britney and Kevin : Chaotic" en 2005, la mettant en scène avec son époux de l’époque, Kevin Federline. Ou plus tard en tant que jurée à la table du tremplin musical X-factor pour la promotion 2012.

Tête rasée

Dans l’intervalle, il y eut aussi ce jour du 16 février 2007, quand Britney a craqué. Sur la toile, une vidéo se répand à grande vitesse. On l’y découvre se rasant le crâne, le regard tantôt dans le vide ou tantôt complètement allumé. L’alcool, la fête, les drogues, ses frasques amoureuses, la fatigue morale et physique mais surtout la fulgurance d’une célébrité difficile à gérer font finalement vaciller la jeune fille. D’autres étoiles juvéniles de l’écurie Disney auront d’ailleurs le même genre de trajectoire (Miley Cyrus pour n’en citer qu’une).


Une décennie plus tard, Britney semble néanmoins avoir retrouvé la forme. A 36 ans, l’icône demeure un poids lourd de l’industrie des notes avec des chiffres vertigineux : 9 albums studio, 42 singles et plus de 200 millions de disques vendus dans le monde. Si elle s’était faite discrète dernièrement pour les oreilles européennes, c’est qu’elle était trop occupée à faire danser Las Vegas.

Entre décembre 2013 et décembre 2015, sur les planches du Planet Hollywood Resort and Casino, puis jusqu’en 2017 lors de résidences au Japon et en Israël, elle fut la meneuse de revue de 250 spectacles et signa ainsi l’une des séries de concerts les plus rentables de l’histoire du divertissement de la ville du désert. C’est ce show-là qu’elle offrira mercredi à Anvers. Britney y interprétera tous ses plus grands tubes, de "Womanizer" à "Piece of Me" (du nom de cette tournée), en passant par l’incontournable précité "Baby One More Time", "Oops - I Did It Again", "Toxic", "Everytime", "Gimme More" ou encore "I’m A Slave 4 You". Si l’on en oublie, la rumeur dit qu’elle n’en oubliera aucun. Et les premières critiques parues sont plutôt positives.

© Belga