Musique / Festivals

Samedi soir, il est près de 23 heures lorsque deux immenses couronnes viennent s'afficher sur les deux écrans géants placés de part et d'autre de la scène du festival Werchter Boutique, événement musical et festif d'un soir qui donne le coup d'envoi de la saison des festivals.

Un immense drap blanc scindé en trois parties est dressé devant la scène. Les 55 000 festivaliers se pressent en une foule compacte sur la plaine de Werchter. Pour cette 7e édition, ils sont venus applaudir Lil' Kleine, DJ Rachida, Tom Odell, Jessie J, Years & Years, mais surtout les têtes d'affiche Oscar and the Wolf et... le chanteur américain aux six Grammys cette année Bruno Mars.

Une voix résonne, dont les paroles s'affichent sur les écrans géants: "Let me hear you scream. Come on. Are you ready?". Fumigènes. Cris de la foule. Les premières notes du mega tube "Finesse" claquent. Le drap se lève : Bruno Mars, casquette noire, t-shirt de basket rouge à l'effigie des Bulls, short noir et Nike blanches, entame le show. La scène et les écrants géants sont bordés de carrés de lumière rouge, bleue, verte, jaune,... Un feu d'artifice jaillit dans le ciel. C'est sûr: Bruno Mars ne faillira pas à sa réputation d'extraordinaire showman.

24 K Magic World Tour

Pendant 1h30, l'auteur, compositeur, interprète et danseur de 32 ans enchaîne les tubes, dans un subtil équilibre entre rythmes soutenus et démonstrations vocales et musicales. On le voit: le show est rôdé et millimétré comme du papier à musique, mais l'artiste, toujours le sourire naturel aux lèvres, donne tout à son public, comme s'il se produisait pour la première fois. Et pourtant, cela fait plus d'un an (depuis le 28 mars 2017, au Sportpaleis d'Anvers), déjà, que Bruno Mars parcourt les quatre coins du monde avec sa tournée "24K Magic World Tour" tirée de son 3e album "24K Magic", sorti en novembre 2016. Après une dizaine de dates en Europe, il reprendra fin juillet la direction de l'Amérique du Nord, pour clôturer mi-novembre sa tournée sur sa terre natale d'Honolulu (Hawaï).

Electrisée, la foule se déhanche sur "24K Magic" puis "Treasure", énorme succès de son 2e album "Unorthodox Jukebox" (2014). "Belgium is in the place?", lance Bruno Mars. "Yeah!", hurle le public. Synthé, batterie, saxo, guitares électriques, le chanteur est entouré de musiciens, choristes et danseurs hors pair qui insufflent énergie et puissance aux différents morceaux.

Sur "Perm", Bruno Mars offre un beau moment de complicité avec ses musiciens (un trompettiste, un saxophoniste, un guitariste et un choriste). Le petit groupe joue, chante et danse en se déplaçant simultanément sur scène. Puis vient s'asseoir sur le bord de la scène: "On the count of three, I wanna see everybody jumping on the left! ", invite Bruno Mars. Puis "on the right". Le public est aux anges.

Performance musicale et vocale

Auteur et compositeur, Bruno Mars est également un excellent musicien. Dans "Calling All My Lovelies", il fait exploser toute la palette du talent qui se cache derrière la bête de scène aux influences reggae, rock, hip hop et R&B : peformance à la guitare électrique, mais aussi incroyable performance vocale, avec ce grain de voix si particulier qui peut l'emmener dans des notes hautes et chaudes.

S'enchaînent "Chunky", "That's What I Like" et "Versace On The Floor", trois autres morceaux de son album "24 K Magic". Feux d'artifices. Jeux de lumière et lasers. Micro debout ou à la main, Bruno Mars enflamme Werchter d'impressionnants a-capella, de sexy coups de rein et de pas de danse au rebondi léger. C'est indéniable, il y a bien un quelque chose de Michaël Jackson et de ¨Prince dans ce petit gars. Et ça fait du bien à voir et écouter!

Retour aux sources avec le tube enjoué "Marry You" et l'endiablé "Runaway Baby", tirés de son premier album "Doo Wops & Hooligans" (2010). On est littéralement bluffé par le solo du batteur introduisant "Runaway Baby". Bruno Mars hèle la foule, en liesse. Peu à peu le son diminue pour ne plus laisser entendre que la voix, en suspension, du chanteur, avant de repartir sous son pas cadencé et à coups d'éclats de lumières.

Magique et intime "When I Was Your Man"

Eclairé d'un rai de lumière bleue, Bruno Mars, seul sur scène, entonne un magnifique "When I Was Your Man" (Unorthodox Jukebox). Moment magique, intime, où malgré la foule immense, on en a la chaire de poule. "That I should have bought you flowers . And held your hand", chante en choeur le public. Autre succès de son 2e album, "Locked Out Of Heaven" donne lieu à un superbe solo de synthé. Des milliers de cotillons dorés sont projetés dans l'air.


Avec le romantique "Just The Way You Are" ( Doo Wops & Hooligans), Bruno Mars clôture en douceur son spectacle, laissant au public le plaisir de s'emparer des paroles:"When I see your face. There's not a thing that I would change 'cause you're amazing. Just the way you are".

Enivrés les festivaliers en veulent encore: "One more!", clament-ils. Bruno Mars leur livre alors un dernier hit mondial, "Uptown Funk", single le plus vendu en Belgique en 2015. Feux d'artifices, fumigènes, lasers et jets de flammes sur scène terminent le show en apothéose. Celui dont le nom s'inspire de la planète Mars a décidément ce samedi soir emmené son public jusqu'au firmament.