Musique / Festivals

On le fait par devoir de mémoire/Sans forcément chercher à émouvoir/Mais juste pour mieux nous voir/Dans le miroir de l’histoire."

Quelques rimes à décoder pour mieux comprendre le sens du projet "Héritage" mené par Pitcho Womba Konga. Si ce nom ne vous est pas inconnu, c’est normal. Ce trentenaire congolais, arrivé en Belgique à l’âge de sept ans, a sorti deux albums de rap, "Regarde comment" et le récent "Crise de nègre", de qualité. Parallèlement, il a suivi sa voie de comédien via, notamment, deux collaborations avec Peter Brook, "Tierno Bokar" et "Sizwe Banzi est mort".

Muni de son charisme et d’un carnet d’adresses bien fourni, Pitcho s’était mis en tête de célébrer les cinquante ans d’indépendance du Congo à sa manière. C’est-à-dire en réunissant des enfants de la diaspora congolaise pour enregistrer un album de musiques urbaines (hip-hop, slam, reggae, funk, soul, R&B...), un moyen d’expression largement partagé par cette génération. Une musique hybride donc, qui oscille entre rythmes solaires et digitaux, à l’image du musicien et des vingt-trois autres artistes que l’on retrouve tout le long de quinze morceaux. Un casting impressionnant au sein duquel on retrouve, par exemple, Fredy Massamba, BD Banx, Angélique Kaba, 13Hor, Teddy L, le petit-fils de Patrice Lumumba, et Banza, petit-fils de Joseph Kasa Vubu.

Les fils et filles d’Afrique ont tous eu carte blanche pour s’exprimer sur la nature des liens qu’ils entretiennent avec ces racines et cet héritage. Au fil des textes se mêlent donc souvenirs d’enfance, images du Congo contemporain, difficulté de lier "belgitude" et "congolité", statut particulier d’une génération en quête d’identité face à une mondialisation extrême... Pitcho résume: "C’est un projet profondément hip-hop, une culture qui a toujours accordé de l’importance à l’éducation et à la transmission du message. C’est aussi une occasion de prouver que les Congolais d’ici pouvaient travailler ensemble pour sortir un disque de qualité."

Les spectateurs de l’unique concert, pour le moment, donné le 30 mai au Bozar ne tarissaient pas d’éloges sur cette collection de chansons qui évite les clichés folkloriques et festifs et s’érige plutôt en lieu de rencontres et de questionnements. On n’en attendait pas moins de la part de Pitcho.

"Héritage" (Skinfama/V2). Plus d’infos sur le site www.heritagecongo.be