Musique / Festivals

Octurn

Dimensions

Où est-on, là? Certainement pas dans ce qu'on appelle communément le jazz, pas vraiment en musique contemporaine ni en rock ou en néo- funk non plus, mais bien quelque part aux confins de tous ces genres. Un des combos de pointe en Belgique avec le Brussels Jazz Orchestra et Rêve d'Elephant, Octurn ne manque pas de suite dans les idées. La preuve, `Dimensions´ en contient trois, dont une en dix mouvements. Octurn est un groupe qui aime laisser le temps oeuvrer. Il exploite toutes les possibilités de progression et de régression, de contraste et de glissement, en une démarche fort intellectuelle à la base. Privilégiant le collectif sur l'individuel, le groupe organise méthodiquement sa folie, ce qui rend sa musique encore plus implacable. (D.S.)

1 CD W.E.R.F. 033.

Badfinger

BBC In Concert

Encore un de ces trésors exhumé par Strange Fruit d'après des bandes de la BBC, cet album replonge dans le vivier du début des années 70. Les Beatles et pas mal de rêves sont peut-être morts, mais l'imagination reste au pouvoir. Grâce à quelques hits, sur Apple, le label des Beatles justement, Badfinger est superstar à l'époque. Le groupe a aussi beaucoup accompagné les ex-Beatles dans leurs trajets solo, notamment Harrison lors du concert pour le Bangladesh. Cette solide expérience, doublée d'un vrai tempérament de musicien dans le chef des guitaristes et chanteurs Peter Ham et Tom Evans, donnent à ces prises un charme nostalgique mais dénotent aussi toute l'actualité d'un groupe à préserver le l'oubli. (D.S.)

1 CD Strange Fruit 4450311, Zomba.

Bill Frisell

Selected Recordings

Trois guitares entre les mains de ce musicien étonnant: acoustique, électrique et synthétiseur, trois armes pour un parcours remarquable. On en retrouve de belles traces ici, puisque la période où Bill Frisell fréquentait assidûment Paul Motian est très bien représentée, et que la collaboration entre le guitariste et le batteur ne s'est pas arrêtée là. Toute sa technicité, Frisell la met d'abord au service d'un travail extraordinairement nuancé sur le son. Aux progressions caractéristiques des instrumentistes modernes, celui-ci ajoute des tonalités typiquement country et blues. Quel que soit l'environnement, sa personnalité reste identiquement éclectique. Il prouve aussi qu'on peut s'imposer sans jamais forcer sur le volume. (D.S.)

1 CD ECM Rarum III 014 200-2, Universal Music.

Vincent d'Indy, Quatuors, sextuor

Quatuor Joachim

C'est peu dire que la musique de Vincent d'Indy est peu jouée - et aussi peu enregistrée - de nos jours: l'ostracisme dont elle fait l'objet tient sans doute autant à certains côtés peu sympathiques de sa personnalité qu'à des questions de mode, mais n'en reste pas moins injuste.

On peut donc se réjouir de la publication de cette intégrale de ses quatuors à cordes: non seulement pour la qualité de l'interprétation du quatuor Joachim, fusionnelle et racée, mais aussi pour l'intérêt intrinsèque et la beauté de ces trois quatuors composés en 1891, 1897 et 1929, ainsi que du sextuor - en forme d'un double trio - qui complète ici ce double CD. (N.B.)

1 CD Calliope CAL 9891.2, 2 h. 9 min., Harmonia Mundi.

Sergiu Celibidache, Der Taschengarten

Sergiu Celibidache

Depuis la mort de Sergiu Celibidache en 1996, le grand public a commencé à découvrir le chef immense qu'il était par la publication (parfois excessive) d'enregistrements de concerts, lui qui avait de son vivant toujours refusé le disque et, plus encore, le studio.

Une des rares exceptions à cette règle fut un 33 tours de 1979 ici réédité et sur lequel on trouve `Der Taschengarten´ (le jardin de poche), pièce pour enfants qu'il avait lui- même composée.

Dans un style atypique quelque part entre Prokofiev et Milhaud, Debussy ou Stravinsky, le chef roumain signait ici une suite attachante en treize mouvements accompagnés de textes de sa main, joyeusement farfelus. À découvrir. (N.B.)

1 CD DG 471 612, 44 min 22 sec., Universal.

Giovanni Battista Bassani, La Morte delusa

Jean Tubéry

Nouvelle belle découverte à mettre à l'actif de Jean Tubéry que cet oratorio créé à Ferrare en 1686: `La Morte delusa´ (la Mort déjouée) fut composée pour commémorer la victoire contre les Turcs en 1683 de la coalition chrétienne conduite par le Roi de Pologne pour le Pape Innocent XI. On y entend la Justice arbitrer une controverse entre d'un côté la Gloire et la Piété, de l'autre la Mort et Lucifer, pour savoir vers qui iront les âmes des soldats tombés au combat. Cinq voix tour à tour solistes et choristes, deux violons, un cornet à bouquin (Tubéry, évidemment) et une basse continue: l'effectif est dépouillé, mais le résultat n'en est pas moins prenant et, souvent, émouvant. (N.B.)

1 CD Opus 111 OP 30332,1 h. 2 min. 41 sec., Distrisound.

E.T.A. Hoffmann, Dirna

Johannes Goritzki

Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1776-1822) fut plus célèbre pour ses écrits, et pour les échos qu'y donnèrent des compositeurs comme Schumann (`Kreisleriana´) ou Offenbach (`Les Contes´, évidemment) que pour ses propres compositions, hormis l'opéra `Undine´. Composé en 1809, `Dirna´, mélodrame indien, se présente comme un moyen terme entre le sinsgpiel et la musique de scène: une ouverture, un intermezzo, quatre choeurs et 130 petites pièces de quelques mesures à peine destinées à soutenir les changements d'affect du texte parlé. Malgré les aspects de turquerie (si l'on ose écrire pour une histoire de brahmane), la musique ne fait que peu appel à l'exotisme instrumental, s'inscrivant plutôt dans la tradition romantique allemande. (N.B.)

1 CD CPO 999 607, 1 h. 8 min. 56 sec., Coda.

Joseph Haydn, Schöpfungmesse, Harmoniemesse

John Eliot Gardiner

Après d'autres de ses collègues de la mouvance baroqueuse - au premier rang desquels Nikolaus Harnoncourt, dont les lectures font figure de référence -, John Eliot Gardiner se lance dans ce qui sera apparemment une intégrale des grandes messes de Haydn. Première étape : un double CD réunissant la `Schöpfungsmesse´ (1801) et la `Harmoniemesse´ (1802), soit les deux dernières de la série.

Si la lecture orchestrale des English Baroque Soloists et de Gardiner peut sembler un peu sage, on appréciera surtout ici l'excellence du Monteverdi Choir, superbe de ferveur. Bons solistes aussi, surtout pour la Messe de la création (Ziesak, Fink, Prégardien et Widmer). (N.B.)

2 CD Philips 470 297,1 h. 24 min 23 sec., Universal.

© La Libre Belgique 2002