Musique / Festivals

Dimanche, Ariana Grande revient jouer en terres britanniques, deux semaines après l'attentat perpétré lors de sa prestation du 22 mai, qui faisait vingt-deux morts. Un concert pour rendre hommage à ces jeunes victimes, baptisé "One love Manchester", où la chanteuse américaine partagera notamment l'affiche avec Katy Perry, Coldplay, Miley Cyrus, Pharrell Williams, Take That, Usher ou Justin Bieber. L'argent récolté à la billetterie – les géants brasseurs auraient-ils refusé de mettre l'argent du bar dans le pot ? – ce dimanche 4 juin sera entièrement reversé aux proches des disparus, via un fonds d'urgence mis en place à cet effet.

D'autres grands événements du genre furent organisés, d'autres artistes ont aussi jadis saisi guitares et micros pour la bonne cause au fil de l'Histoire. En voici cinq célèbres.

LIVE AID

Le Live Aid est sans doute la plus fameuse des manifestations humanitaires de l'histoire des musiques populaires. Un double concert qui s'est déroulé conjointement au Wembley Stadium de Londres et au John F. Kennedy Stadium de Philadelphie, le 13 juillet 1985. C'est le pape et quasi l'inventeur du caritative rock Bob Geldof, jadis chantre des Boomtown Rats, qui l'organisa en tandem avec Midge Ure (ex-Thin Lizzy, ex-Ultravox, etc.) dans le but de lever des fonds pour soulager la famine éthiopienne. A l'origine de l'événement, on trouve un groupe, Band Aid, composé entre autres d'Eric Clapton, David Bowie, Brian Wilson (Beach Boys), Freddie Mercury (Queen), George Michael (Wham!), Mick Jagger (Rolling Stones), Paul McCartney (Beatles), Robert Smith (The Cure), Nick Rhodes (Duran Duran), Sting (Police) ou encore Bono (U2) (les trois derniers chantant sur la photo ci-dessus). Pour fêter les 20 ans du Live Aid, un coffret DVD était publié en 2005. Trois ans plus tard, et dans le même esprit de célébration, était organisé le Live 8, concert similaire organisé simultanément le 2 juillet 2005 dans huit villes du globe (Philadelphia, Londres, Paris, Berlin, Rome, Toronto, Tokyo, Johannesburg et Moscou).


ROSKILDE FESTIVAL

Le Roskilde Festival est un des plus grands festivals pop/rock du Vieux Continent, drainant chaque année quelque 130.000 visiteurs devant près de 200 concerts. Créé en 1971 par deux étudiants (Mogens Sandfær et Jesper Switzer Møller), et pensé à l'époque comme un rendez-vous musical conçu par et pour les hippies, il a lieu dans la ville du même nom au Danemark. Devenu événement à but lucratif l'année suivante sous la houlette de son repreneur, la Roskilde Foundation, il conjugue depuis notes, culture et humanisme, et reverse l'entièreté de ses bénéfices à de nobles causes. Depuis 2014, les festivaliers ont même l'opportunité de choisir à quelle association caritative l'argent récolté sera reversé. Le Roskilde Festival est en outre connu pour la bousculade qui coûta la vie à neuf personnes lors de la prestation de Pearl Jam en 2000. Enfin, pour terminer sur une meilleure note, l'incontournable Naked Run voit chaque année mélomanes des deux sexes s'affronter dans le plus simple appareil lors d'une course tout autour du site.


SOLIDAYS

Le festival Solidays utilise la musique pour contrer le SIDA depuis 1999. Trois jours de concerts organisés par l'association Solidarité sida, rassemblant désormais plus de 200.000 badauds dans les gradins de l'hippodrome de Longchamp à Paris, et au pied des cinq scènes érigées à cet effet. Nombre d'acteurs du monde associatif y sont présents pour tenter de sensibiliser le public et faire de la prévention à grand échelle. Les bénéfices générés sont versés à des organismes créés le cas échéant ou préexistant, dont plusieurs basés sur le continent africain, depuis toujours particulièrement touché par le virus HIV. Les artistes s'y produisent bénévolement ou à prix d'ami.


LES ENFOIRES

Faut-il encore présenter Les Enfoirés ? Une troupe de joyeux saltimbanques (musiciens, chanteurs, acteurs, célébrités, hommes et femmes de télé) réunis depuis 1985 à l'initiative de Coluche, pour chanter les standards, les classiques, les tubes du moment et les plus grands succès du patrimoine musical francophone. Ce qui, peu ou prou, fait courir le champ des possibles de Georges Brassens à Maître Gims, en passant par Lââm, M.Pokora, Calogero ou Garou. Si la vocation première des Enfoirés – à savoir soutenir financièrement les Restos du Cœur dans leur mission d'aide aux plus démunis, - demeure d'actualité, la pertinence esthétique de la chose est souvent – à raison – raillée ou décriée. La troupe est aujourd'hui une vraie institution populaire culturelle, et une rutilante machine aux rouages parfois obscurs.


Considéré comme le tout premier événement musical à vocation caritative de l'histoire, The Concert for Bangladesh avait lieu le 1er août 1971 dans l'antre du Madison Square Garden new-yorkais. S'il fut, il est vrai, bien épaulé par son ami et musicien indien Ravi Shankar, c'est le Beatle(s) George Harrison qui en fut l'instigateur, fort d'un slogan aussi simple que percutant : « Maintenant, je vous demande à vous tous, de nous aider à sauver des vies ». L'enjeu : venir rapidement en aide à la population bengali, décimée par le cyclone de Bhola et les années de guerre et de génocide qui suivirent. Pour l'anecdote, d'aucuns espéraient y assister à une reformation des Beatles, alors fraîchement séparés, qui n'aura évidemment pas lieu. La scène fut néanmoins joliment foulée ce jour-là, par Bob Dylan, Eric Clapton, Ringo Starr, Billy Preston ou encore Leon Russell.