Musique / Festivals

Je suis la troisième chanson la plus reprise de tous les temps. Franck Sinatra et M Pokora m'ont interprétée, mais j'ai été refusée par Michel Sardou.

Je suis sortie en 1967, j'ai inspiré la musique d'une célèbre chanson de David Bowie, je me lève, je te bouscule, tu ne te réveilles pas, je suis, je suis… « Comme d'habitude », chanson de tous les records, reprise 1327 fois par 570 artistes dans plus de dix langues, pour un chiffre d"affaires annuel d'un million d'euros.

Entre Michel Sardou et Johnny Hallyday

L'histoire commence en 1967. À l'époque Claude François a seulement 28 ans et pas mal de tubes à son actif qui lui ont déjà permis d'acquérir une certaine notoriété ( Si j'avais un marteau , J'y pense et puis j'oublie , Toi et le soleil… ), mais qui restent systématiquement des reprises de tubes américains dont il a changé les paroles ( If I had a hammer , It comes and goes , I can see clearly now ...). Pour la création de « Comme d'habitude », précisément, il change ses habitudes.

Cette année-là, Claude François est au bord de sa piscine du moulin de Dannemois, entouré du compositeur Jacques Reveaux (à qui l'on doit aussi la musique des Lacs du Connemara , merci Jacques) et du parolier Gilles Thibaut (à qui l'on doit aussi les paroles de Ma gueule, merci Gilles). Avec une telle équipe, comment ne pas créer le plus beau des morceaux ? Ajoutez à cela que Claude François se morfond depuis sa rupture avec France Gall (qu'il a lui-même larguée), et vous avez la recette du tube du siècle.

Ainsi donc, au bord de la piscine, Jacques Reveaux fait écouter sa composition à Claude François, ou plutôt réécouter puisque Cloclo avait déjà refusé sa chanson au même titre que Mireille Mathieu, Michel Sardou et Hugues Aufray. En fait, cette chanson n'aurait jamais dû voir le jour. Mais cette fois, elle plaît à Claude François qui change quelques accords et rectifie les paroles de Gilles Thibaut. « Comme d'habitude » est prête à faire son entrée. La chanson figure la même année sur l'album du même nom, le premier à être édité par Flèche, la maison de disques de Claude François vient de lancer.


Arrive alors un jeune songwriter londonien complètement inconnu qui se charge d'en écrire une version anglaise, « Even a Fool learns to dream ». Là où la chanson de François raconte l'histoire d'un type qui prend conscience que sa relation amoureuse s'est noyée dans la routine, cette nouvelle version s'apitoie sur le sort d'un amoureux raté. Un peu trop raté d'ailleurs, puisque son producteur, dépité, déclare dans la foulée «Il nous faut une star pour enregistrer une telle chanson, pas un beauf de Bromley [un quartier de Londres]", faisant référence à l'époque au jeune... David Bowie .

De « Comme d'habitude » à « My way »

Quelques mois plus tard, un certain Paul Anka débarque à Paris pour un enregistrement. Dans le taxi, il entend « Comme d'habitude » et décide d'en acquérir les droits pour ramener la chanson aux États-Unis et en faire don à Frank Sinatra, qui s'apprête justement à faire ses adieux à la scène et donne au morceau un sens tout à fait différent : « And so the end is near... ».

Le 30 décembre 1968, Frank Sinatra enregistre ce qui deviendra « My way » (« A ma façon ») et rencontre inévitablement un succès immédiat. Il faut dire que la chanson, qui raconte désormais l'histoire d'un self-made man, parle aux américains : « For what is a man, what he has got, if not himself, then he has not » (« à quoi bon être un homme, à quoi bon posséder, s'il ne se fait pas lui-même, alors il n'est rien »)…


À partir de là, les reprises s'enchaînent. Outre-Atlantique. Nina Simone la chante en 1970, Elvis Presley en 1973. D'autres préfèrent la parodier, comme Sid Vicious des Sex Pistols en 1979 qui ne connaît qu'à moitié les paroles lors de l'enregistrement et bouche les vides à grand renfort de « cunt » et de « fuck ». Là où d'autres encore se contentent de la sampler, comme Jay-Z. En France, les reprises pleuvent tout autant de Mireille Matthieu à Michel Sardou, ceux-là même qui avaient refusé la composition originale de Jacques Reveaux.

Et Bowie dans tout ça ? Celui qui n'avait pas réussi à lancer sa carrière avec une reprise du tube de Claude François a pris une belle revanche en s'emparant de la grille harmonique de la chanson pour composer le célèbre Life on mars. Ce qui ne l'empêchera pas de reprendre par la suite le mythique "My way" de Sinatra...