Musique / Festivals

Dans le cadre de l'attribution de la concession du Cirque Royal, le tribunal de première instance de Bruxelles a annulé le contrat conclu entre la Ville de Bruxelles et son asbl Brussels Expo, et les a condamnés à plus de 6.000 euros à titre de dépens, ont annoncé mardi les responsables du Botanique.

Pour rappel, depuis 2014, la Ville de Bruxelles a entrepris de résilier la concession du Cirque Royal jusque-là attribuée au Botanique et d'attribuer dorénavant cette concession à Brussels Expo, une asbl de la Ville de Bruxelles présidée par le bourgmestre Philippe Close. Le Botanique et le Sportpaleis d'Anvers avaient dès lors déposé une candidature en association, dans le cadre de l'attribution du nouveau contrat de concession, mais le duo n'avait pas été retenu.

Le 29 juin 2017, la Cour d'appel de Bruxelles, saisie au bénéfice de l'urgence, avait constaté l'illégalité de la convention au terme d'un premier examen. Elle avait en conséquence suspendu la nouvelle convention et avait interdit à la Ville de Bruxelles et à son asbl Brussels Expo de poser quelque acte que ce soit lié à cette convention, jusqu'à ce que le tribunal de première instance ait eu la possibilité de se prononcer au fond sur la validité de la convention.

Suivant les constatations du tribunal, sur une dizaine de membres de l'asbl Brussels Expo, cinq étaient des mandataires liés à la Ville de Bruxelles, dont quatre qui y faisaient partie du collège échevinal, en particulier le bourgmestre Yvan Mayeur, et l'échevin du tourisme d'alors, devenu bourgmestre entretemps, Philippe Close. Il a été estimé que la Ville n'avait pas pris les mesures nécessaires pour prévenir et remédier à un potentiel conflit d'intérêts et au risque de partialité. Il en résulte que l'attribution de la concession du Cirque Royal à Brussels Expo s'est faite en violation des principes de mise en concurrence, d'impartialité et d'égalité des soumissionnaires.

Le Botanique et le Sportpaleis déplorent le temps perdu pour la vie culturelle et artistique bruxelloise et pour la vie du quartier du Cirque Royal. Ils espèrent que la Ville de Bruxelles aura à cœur de remédier aux irrégularités qu'elle a commises dans ce dossier, afin de permettre enfin une exploitation sereine de la salle. Le cas échéant, ils affirment encore une fois leur pleine disposition pour y participer, dans l'intérêt du Cirque Royal et de la vie du spectacle à Bruxelles.

Le Cirque Royal rouvrira ses portes en septembre comme prévu, a toutefois indiqué mardi le cabinet du bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS), à la suite de la condamnation. Le cabinet de M. Close a par ailleurs précisé qu'il examinait les détails de l'arrêt du tribunal de Première Instance au sujet duquel il n'a pas fait d'autre commentaire.